Publié le Laisser un commentaire

10 Aliments Pour Vivre Plus Longtemps.

Vous voulez vivre plus longtemps ? C’est bien ce que je pensais. Eh bien sachez qu’il existe de nombreux aliments pour rester en pleine santé.

Voici les 10 aliments à privilégier pour vivre plus longtemps. Découvrez-les sans attendre :

1. L’Ail S’il fallait en choisir un seul, ce serait l’ail ! Les Egyptiens l’utilisaient déjà pour soigner les maux de tête ou l’hypertension. L’ ail a une action très bénéfique sur le système cardio-vasculaire. Mais ce n’est pas tout ! L’ail possède bien d’autres vertus : – antibactérien grâce à l’allicine, – antiseptique grâce à ses acides phénoliques, – antioxydant grâce aux flavonoïdes, – anti-inflammatoire et anti-microbien, – réparateur de la flore intestinale grâce à l’insuline qu’il contient, – « boosteur » du système immunitaire grâce à ses vitamines A, B, C et E. Cuit ou cru, l’ail peut se consommer au quotidien, alors n’attendez plus !

2. Les Fruits rouges Leur couleur est due à la présence de pigments naturels comme le lycopène dans la fraise, ou les anthocyanes dans les mûres. Quoi qu’il en soit, ces pigments rouges, mauves, roses, bleus sont extrêmement efficaces pour lutter contre le vieillissement cellulaire. La plus efficace reste peut être la cranberry (connue aussi sous le nom de ou canneberge), qui est la championne des antioxydants !

3. Le Chocolat noir Bonne nouvelle pour les gourmands : le chocolat noir est bon pour la santé, et c’est scientifiquement prouvé ! Le chocolat noir est bénéfique pour le système cardio-vasculaire. Ceci s’explique par la présence de flavonoïdes, des fameux antioxydants. Mais ce n’est pas une raison pour vous goinfrer ! Il convient de se montrer raisonnable et de privilégier le chocolat noir, moins sucré et moins gras que le chocolat au lait, ou le « chocolat » blanc.

4. Les Céréales complètes Les céréales complètes comme le blé ou le riz sont sont nettement plus riches en fibres et en minéraux que les céréales raffinées. Les fibres ne sont pas seulement utiles pour lutter contre la paresse intestinale. Elles sont également essentielles pour prévenir certains troubles comme les maladies cardio-vasculaires ou le diabète. Les céréales complètes permettraient de vieillir en bonne santé et même d’allonger l’espérance de vie. Des chercheurs ont en effet relevé un risque réduit de maladies respiratoires et cardio-vasculaires chez tous ceux qui consomment ces céréales.

5. L’huile d’Olive Parmi les aliments pour vivre longtemps, il y a évidemment l’huile d’olive. Symbole de la cuisine méditerranéenne, elle est réputée pour ses effets bénéfiques sur la santé : – Elle contient des polyphénols aux fortes propriétés antioxydantes qui luttent contre la formation de radicaux libres en excès. – La présence de vitamine E protège les cellules. – L’acide oléique fait baisser le taux de mauvais cholestérol dans le sang.

6. Les Algues Poumons de la Terre, véritables sources de bienfaits, les algues constituent les alliées d’une alimentation saine. Extrêmement riches en minéraux et en vitamines, on a tout intérêt à inclure les algues dans nos menus crus ou cuits. Tonifiantes, elles sont conseillées aux femmes enceintes ou allaitantes mais aussi aux personnes âgées et aux enfants. En Asie, elles sont réputées pour prévenir l’hypertension, l’hyperthyroïdie et les tumeurs.

7. Le Thé vert Pauvre en théine, mais très riche en vitamines et antioxydants, le thé vert est le thé le plus réputé pour ses vertus médicales. Il se consomme comme un aliment et peut être utilisé comme un cosmétique. Les thés verts du Japon sont les plus riches en en pouvoirs antioxydants (notamment grâce à leur forte concentration en catéchines). Il paraît même que le thé vert favorise la prévention de la maladie d’Alzheimer. voir aussi « 3 tasses de Thé vert par jour« 

8. Les Herbes Aromatiques Le romarin, le thym, l’origan, le basilic, la menthe, etc. sont très riches en huiles essentielles et auraient des vertus anti-cancer. Par ailleurs, chaque herbe aromatique possède ses spécificités : le basilic a des propriétés antibactériennes, la ciboulette favorise l’élasticité des vaisseaux, la menthe est particulièrement riche en antioxydants…citron

9. Les agrumes Les agrumes sont connus pour leur richesse en vitamine C, championne pour stimuler le système immunitaire. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules. Les agrumes sont également riches en flavonoïdes qui agissent en synergie avec la vitamine C. Si pour vous le citron est trop acide, favorisez le pamplemousse, la mandarine ou encore l’orange !

10. Les noix Les noix contiennent de la vitamine E, un antioxydant puissant combattant les radicaux libres à l’origine de l’oxydation des cellules. Elles renferment aussi des stérols végétaux qui réduisent le taux de cholestérol. En moyenne, 85 % des matières grasses des fruits à coque sont non saturées. Une consommation régulière de fruits à coque a des bienfaits sur la santé : – diminution du taux de mauvais cholestérol ; – diminution du risque de maladies cardio-vasculaires ; – diminution du diabète de type 2 ; – diminution du risque de calculs biliaires ; – diminution du risque de certains cancers, et notamment du cancer du côlon chez les femmes. Toutes ces vertus sont une bonne raison d’intégrer les fruits à coque dans votre alimentation, sans en abuser bien sûr.

Bref, vous l’avez compris, nos aliments peuvent être nos meilleurs amis ! Mais veillez à les consommer avec modération pour garder leurs bienfaits.

Publié le Un commentaire

7 vertus des amandes

On dit souvent que les amandes sont trop grasses ou trop salées… Mais au contraire, elles sont pleines de vertus ! Bonnes pour le cœur, excellentes pour l’estomac et le transit, antioxydantes… Il suffit de savoir comment les consommer ! Le point avec le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste.

1 Des amandes pour réguler le cholestérol

Consommer des amandes quotidiennement aide à baisser le taux de cholestérol dans le sang. C’est ce que démontre une étude réalisée en Iran (1) en 2010 sur l’action d’une supplémentation quotidienne d’amandes durant 4 semaines chez des patients sujets ayant un taux de cholestérol élevé.

Comme l’explique le Dr Arnaud Cocaul, nutritionniste, l’action anti-cholestérol de l’amande est principalement due aux fibres qu’elle contient, qui emprisonnent le mauvais cholestérol dans le tube digestif avant qu’il ne passe dans le sang, et en permettent l’élimination par les selles.

Quelle quantité d’amandes consommer pour réguler son cholestérol ? Consommez quotidiennement une poignée d’amandes, environ 30g grammes.

2 Les amandes anti brûlures d’estomac

L’huile contenue dans l’amande, qui en est extraite lorsqu’on la mâche, tapisse les parois de l’estomac, agissant comme une couche protectrice contre les brûlures d’estomac. C’est ce qu’auraient démontré plusieurs études réalisées par le Professeur Kleeberg (Les Aliments Qui Guérissent – Leduc éditions, 2008).

D’après ces études, la matière grasse de l’amande absorberait les acides de l’estomac. Plusieurs de ses composants naturels pourraient également avoir des effets régulateurs sur les secrétions trop excessives de sucs gastriques, mais comme l’explique le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste “ces phénomènes méritent des études scientifiques plus approfondies”.

Quelle quantité d’amandes consommer contre l’acidité gastriques ? En cas de brûlures gastriques, mangez quelques amandes fraîches. Chez certaines personnes, la peau des amandes peut être irritante. Si vous observez une gène digestive, retirez la peau avant de les consommer.

3 Amandes : des vertus contre l’hypertension

Manger des amandes tous les jours peut aider à réguler votre tension sanguine.

Les amandes renferment du potassium, un oligo-élément qui permet d’éliminer le sel en excès dans le sang. Mais cet effet n’est effectif que si vous choisissez des amandes non salées ! Sinon, vous obtiendrez l’effet inverse… Préférez donc les amandes fraîches, natures, ou séchées, mais évitez les amandes salées ou aromatisées du rayon apéritif.

Quelle quantité d’amandes consommer contre l’hypertension : “Manger quotidiennement une poignée d’amandes peut permettre de réguler votre HTA, en compensant le surplus de sel apporté par votre alimentation” explique le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste.

ATTENTION : contre l’hypertension, vous n’avez droit qu’aux amandes non salées !

Les amandes améliorent le transit

Les amandes sont bonnes pour le transit intestinal parce qu’elles sont gorgées de fibres.

On distingue deux types de fibres, toutes deux présentes dans l’amande :

– Les fibres solubles, à l’intérieur de l’amande, qui agglutinent les résidus alimentaires dans l’intestin pour leur permettre d’être évacués.

– Les fibres insolubles qui gonflent dans le tube digestif, en stimulant l’activité, et accélèrent le transit.

Quelle quantité d’amandes consommer pour le transit ? Intégrez l’amande à votre alimentation quotidienne, à raison d’une dizaine par jour. Préférez-la fraîche, et pour le transit, si vous en supportez la digestion, consommez aussi la pellicule de l’amande qui est pleine de fibres.

A noter : en plus d’être bonnes pour le transit, les fibres augmentent aussi l’impression de satiété ! Une poignée d’amandes fait donc une collation idéale

4 Les amandes : concentré de calcium

Les amandes sont gorgées de calcium : un plus pour un bon équilibre osseux.

Le calcium est le composant principal de nos os et de nos dents ! Il leur est nécessaire en termes de constitution, mais contribue aussi à les maintenir en bon état par un apport régulier. Le calcium joue aussi un rôle dans le bon fonctionnement du reste de l’organisme : il contribue aux contractions musculaires et à la coagulation du sang.

“Le calcium contenu dans l’amande est un excellent apport pour les personnes en carence, où ne consommant pas de produits laitiers par exemple” explique le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste. “L’amande peut aussi être un aliment à intégrer à son alimentation en cas d’ostéoporose” ajoute-t-il.

Quelle quantité d’amandes consommer pour ses os ? Intégrez l’amande à votre régime quotidien, à raison de 30 grammes maximum.

A noter : pour que le calcium soit bien assimilé par l’organisme, il vous faut de la vitamine D

L’amande : riche en magnésium, manganèse, phosphore, fer, Calcium et potassium ne sont pas les seuls nutriments que l’on trouve dans l’amande !

5 Stimule notre système immunitaire, Elle est aussi gorgée de magnésium, de manganèse, de phosphore, de fer, de soufre, de zinc, de cuivre et de vitamines B, A et E. Autant de nutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme : ils nous renforcent en période de convalescence, assurent l’équilibre de notre système nerveux…

Comme l’indique Sophie Lacoste (Les Aliments Qui Guérissent, Leduc Editions 2008), les amandes peuvent être un bon complément contre la fatigue intellectuelle, ou physique, pour équilibrer le système nerveux et le système digestif.

6 Amandes : bourrées d’antioxydants

L’amande est l’un des oléagineux les plus intéressants en termes d’antioxydants, notamment grâce à la Vitamine E et au zinc qu’elle contient.

Les antioxydants sont des composés qui luttent contre les radicaux libres dans l’organisme, responsables du vieillissement et de l’apparition de certains cancers (2). Un régime alimentaire antioxydant contribue également au maintient d’une bonne santé cardiovasculaire et préviendrait l’apparition de certaines maladies dégénératives, comme Parkinson ou Alzheimer.

“Si l’amande n’est pas aussi antioxydante que les fruits et légumes colorés », explique le Dr Arnaud Cocaul, « elle reste un parfait aliment à ajouter à un régime alimentaire équilibré, non seulement en raison de ses vertus antioxydantes, mais aussi des sels et minéraux qu’elle contient”.

L’huile d’amande, un atout pour votre peau

L’amande peut aussi être un atout santé en application externe. Pour cela, on l’utilise sous forme d’huile.

7 “L’amande est effectivement connue pour ses vertus sur la peau », confirme le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste. “A ses propriétés hydratantes, s’ajoutent des vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires conférées notamment par sa teneur en antioxydants”. L’amande est également gorgée de vitamines E, qui favorisent l’élasticité et la cicatrisation cutanée.

D’après Sophie Lacoste, (Les Aliments Qui Guérissent, Leduc Editions, 2008), elle est indiquée en application externe pour soulager les eczémas secs, les brulures légères, et les peaux sèches.

Que faire ? On trouve l’huile d’amande dans les magasins de produits bio. Beaucoup de cosmétiques sont à base d’huile (ou de lait) d’amande, mais ils peuvent aussi contenir des parabènes ou sont en si faible concentration que les bienfaits de l’amande s’y perdent.

Comment consommer l’amande ?

Comme c’est le cas pour beaucoup d’aliments, l’amande conserve mieux ses bienfaits lorsqu’elle subit peu ou pas de cuisson. Si vous la cuisinez, veillez donc à l’ajouter à la cuisson au dernier moment, pour l’exposer le moins possible à la chaleur.

Elle peut aussi se consommer fraîche ! Vous la trouverez sous cette forme sur les marchés, à la fin de l’été et au début de l’automne.

Sinon, elle existe sous toutes les formes que l’on connaît déjà : grillée, effilée, en poudre… Mais pensez à lire les étiquettes ! Évitez les amandes salées, qui feront plus de mal que de bien à votre organisme. Le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste, conseille de choisir les amandes en provenance des Etats-Unis. En tant que plus gros producteur d’amandes, elles y sont produites dans le cadre d’une réglementation contrôlée.

Pour une meilleure conservation et pour les protéger de l’oxydation, gardez vos amandes dans des bocaux hermétiques, à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Amandes : quelques mises en garde

Si l’amande est indéniablement une source de bienfaits pour votre santé au quotidien, elle en reste un aliment gras et riche, à consommer donc avec modération. Dans vos plats ou nature, tenez vous en à 30g par jour.

Il se peut que la pellicule de l’amande soit mal supportée par votre système digestif : riche en tanin, elle peut être irritante pour les parois intestinales. Si vous observez effectivement une gêne, retirez la peau avant de la consommer.

Attention aux réactions : Les oléagineux sont parmi les aliments les plus allergènes. Soyez donc prudents : si vous observez une quelconque réaction suite à la consommation d’amandes, comme des lèvres qui gonflent, de l’urticaire, des démangeaisons à l’intérieur de votre bouche ou des gonflements, adressez-vous immédiatement à un médecin.

Publié le Laisser un commentaire

L’arnaque du cholestérol

J’ai déclenché un mini-scandale il y a quelques semaines en écrivant noir sur blanc dans cette lettre que les médicaments contre le cholestérol (les « statines ») déclenchent une telle cascade d’effets secondaires qu’elles peuvent carrément aggraver l’état de santé du patient.

Hé oui, ça ne se fait pas souvent que quelqu’un ose écrire une chose pareille. C’est même considéré comme un délit dans notre système de santé organisé pour vendre un maximum de médicaments, et je m’attends à des ennuis avec les autorités.

Mais les faits sont là :

Les statines sont l’exemple type de la pilule chimique « miracle », présentée au public comme efficace contre les maladies du cœur, alors qu’il n’a jamais été prouvé qu’elles diminuent le risque de mortalité.

Bien au contraire : les recherches (honnêtes) montrent que les statines diminuent les facteurs d’énergie musculaire, (1) à commencer par celle du myocarde (muscle du cœur), le comble pour un médicament donné aux personnes qui ont le cœur fragilisé par un infarctus !!

De plus, selon le spécialiste français du sujet, Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS :

« Les statines peuvent ruiner la vie sexuelle des individus traités, considérablement diminuer leurs capacités cognitives, augmenter le risque de troubles de la vision, augmenter ou aggraver le risque de dépression et augmenter le risque de cancer. » (2)

Enfin, selon une étude effectuée sur un panel de 650 patients sous statines, 87 % des patients ont consulté leur médecin suite à des effets secondaires, tels que des douleurs musculaires (3).

Le médicament idéal… pour la pharma-industrie

Un des avantages énormes des statines, en revanche, c’est qu’il faut en prendre à vie. Cela en fait un des médicaments les plus rentables pour l’industrie pharmaceutique. En France, huit millions de personnes innocentes ont été mises sous statines, ce qui rapporte un milliard d’euros par an à l’industrie.

Quant à la baisse du taux de cholestérol, bien réelle après avoir avalé une pilule de statines, on s’aperçoit aujourd’hui qu’elle n’entraîne nullement la baisse du risque d’infarctus ni d’attaque cérébrale. (4)

C’est que le cholestérol ne bouche pas à lui seul les artères, comme des chercheurs en ont fait l’hypothèse dans les années soixante ; aujourd’hui, on sait que vous pouvez parfaitement avoir un taux élevé de cholestérol et vous porter comme un charme.

Par contre, les personnes qui ont un faible taux de cholestérol ont un risque de dépression et de mortalité plus élevé que les autres. Et la raison est simple :

Le cholestérol est une substance vitale pour vos cellules

Le cholestérol n’est pas un poison : c’est une substance vitale essentielle pour la paroi de vos cellules, pour votre production d’hormones (avec un effet anti-vieillissement), et pour votre cerveau – d’où le risque de dépression chez les personnes qui manquent de cholestérol, et même de malformation et de handicap mental en cas de déficit grave (SLO syndrome).

Cependant, depuis les années soixante, la majorité des médecins ont cru que, malgré tous ses bienfaits pour le corps et l’esprit, le cholestérol posait aussi un danger pour les artères.

Ils avaient en effet imaginé que, tel le calcaire se déposant sur votre robinetterie, le cholestérol pouvait se déposer le long des artères jusqu’à les boucher et déclencher une embolie (blocage de la circulation sanguine).

C’était, dans leur imagination, la cause de l’infarctus si l’embolie avait lieu dans la région du cœur, ou d’un accident vasculaire cérébral (AVC) si elle avait lieu dans le cerveau.

En réalité, 75 % des gens ayant des crises cardiaques ont un taux de cholestérol normal. (5)

Lors d’un récent colloque de la British Medical Association, le Dr Malcom Kendrick a montré qu’un taux de cholestérol élevé n’entraîne pas de maladie cardiaque. En utilisant les données du projet MONICA de l’Organisation Mondiale de la Santé dans quinze populations, il a montré l’absence de relation entre le risque de maladies cardiaques et le taux de cholestérol.

Et on pense savoir aujourd’hui pourquoi :

Vos artères sont attaquées par des « molécules carnivores »

Ce que pensent aujourd’hui les chercheurs les plus en pointe, c’est que l’apparition de la plaque artérielle est une réaction d’auto-défense de votre corps, face à des dommages causés dans vos artères par des substances oxydantes et inflammatoires.

La paroi intérieure de vos artères est normalement protégée par une fine pellicule qui permet au sang de couler sans s’accrocher, exactement comme de l’eau sur les feuilles des arbres : des gouttelettes peuvent se former à la surface, mais elles finissent par ruisseler, sans laisser de trace.

Le problème apparaît lorsque votre sang contient des « molécules carnivores », qui griffent la paroi de vos artères et y font des trous.

Ces molécules carnivores sont appelées les « radicaux libres ». Elles proviennent de l’environnement (gaz d’échappement, fumée de cigarette, polluants), de la mauvaise alimentation, et des déchets naturels dus à la production d’énergie par vos cellules. Ces radicaux libres rongent les parois de vos artères comme l’oxygène rouille une barre de fer humide.

Heureusement, au lieu de se laisser attaquer sans rien faire, votre corps réagit en réparant les fissures dans la paroi de vos artères grâce à un ciment spécial et plus efficace que l’enduit de rebouchage vendu chez Leroy-Merlin : le cholestérol, mélangé à du calcium et d’autres substances.

Vous comprenez donc que, au départ, cette réaction de votre corps est non seulement souhaitable, mais même indispensable à votre survie !

Un problème de santé n’apparaît que si vous laissez ces « molécules carnivores » se multiplier et attaquer la paroi de vos artères encore et encore. En effet, votre corps va rajouter des couches de ciment jusqu’à ce que se forme une couche problématique, la plaque artérielle (ou plaque athéromateuse, dans le vocabulaire médical).

Comment lutter contre ces molécules carnivores (radicaux libres) ? Comment empêcher ces substances agressives d’apparaître, et les éliminer si elles tentent une offensive ?

Les molécules qui détruisent les radicaux libres

Il existe dans la nature des substances miracles qui protègent votre organisme contre les radicaux libres : ce sont les anti-oxydants.

Les anti-oxydants sont des composés chimiques qui ont cette capacité remarquable de détruire les radicaux libres, dès qu’ils sont mis en contact : ils transforment ces molécules carnivores, qui attaquaient la paroi de vos artères, en des corps inoffensifs et doux comme des moutons, qui glissent dans le flux sanguin sans plus chercher à griffer ni à faire des trous.

Comment maximiser vos apports d’anti-oxydants ? C’est très simple :

Fruits et légumes frais sont bourrés d’anti-oxydants, surtout lorsqu’ils sont colorés en vert (épinards, blettes, petits pois), en rouge (poivrons, tomates, cerises, groseilles), en bleu (myrtilles, mûres, cassis, aubergine avec la peau), mais on en trouve aussi énormément dans le pamplemousse, le raisin et le vin. Ces anti-oxydants qui parfument et colorent les végétaux s’appellent des « polyphénols ».

La meilleure façon d’avoir votre dose quotidienne d’anti-oxydants est de manger beaucoup de fruits et légumes mûrs et frais, de saison, et si possible au plus proche de leur forme naturelle, c’est-à-dire peu ou pas cuits ni transformés.

Préférez les fruits et légumes biologiques, cultivés près de chez vous : moins ils auront été transportés et stockés dans des frigos, plus ils seront riches en anti-oxydants.

Bien entendu, il n’est pas toujours possible, tous les jours, de manger autant de fruits et légumes frais que nécessaire et c’est pourquoi beaucoup d’entre nous prenons des anti-oxydants sous forme de jus spéciaux (comme le jus de grenade par exemple) ou de compléments alimentaires, dont les plus répandus sont la vitamine E et la vitamine C.

Boostez l’effet de vos anti-oxydants

Ce que peu de gens savent, en revanche, c’est qu’il est absolument crucial de consommer ces anti-oxydants sous leur forme « réduite », par opposition à leur forme « oxydée ». Vous vous en apercevez à leur aspect : la vitamine C « réduite » se présente sous la forme d’une poudre blanche. Si elle est oxydée, elle devient brune. Le jus de grenade, pourtant extrêmement riche en anti-oxydants, perd ses vertus lorsqu’il est exposé à l’air parce qu’il s’oxyde.

De même, à l’intérieur de votre corps, dès que vos anti-oxydants agissent pour détruire des radicaux libres, ils sont à leur tour oxydés, et ne peuvent plus avoir d’effet.

Pour qu’ils soient à nouveau efficaces, votre corps doit régénérer ces anti-oxydants, et il ne peut le faire que s’il contient des enzymes recycleurs. Et parmi, tous ces enzymes, le plus important est très probablement un enzyme au nom barbare, fabriqué par votre foie : le co-enzyme Q10, ou CoQ10.

Le plus puissant anti-oxydant fabriqué naturellement par votre organisme !

Il se trouve que le CoQ10 est capable de renouveler et renforcer l’action des autres anti-oxydants comme la vitamine C, les tocotriénols (vitamine E) et les caroténoïdes comme l’astaxanthine, en les régénérant chaque fois qu’ils se font oxyder.

C’est déjà un petit miracle en soi ; mais les vertus pour la santé du CoQ10 ne s’arrêtent pas là :

En lui-même, le CoQ10 est une des plus puissantes substances anti-oxydantes qui existe dans notre corps.

De plus, le CoQ10 est aussi, littéralement, « l’étincelle de la vie », car il intervient directement dans le cycle de la production d’énergie cellulaire, au niveau de mini-centrales énergétiques appelées « mitochondries » qui se trouvent dans vos muscles et qui leur permettent de se contracter.

C’est donc une substance extraordinaire pour les personnes qui vieillissent et ont l’impression de perdre de l’énergie.

Le CoQ10 possède en effet la propriété remarquable d’aider les mitochondries à convertir les graisses et les sucres en adénosine triphosphate (ATP), principale source d’énergie des muscles, et en particulier du myocarde (muscle du cœur).

A noter que les bienfaits du CoQ10 ne se limitent pas au cœur, loin de là : il est présent dans tout l’organisme, notamment dans les muqueuses des gencives et de l’estomac, dans les tissus de tous les organes qui jouent un rôle dans le système immunitaire, dans le foie, les reins et la prostate. D’où son autre nom d’« ubiquinone » (qui a la même étymologie que le mot « ubiquité », qui veut dire « omniprésence »).

Le CoQ10 a fait l’objet d’un millier de publications scientifiques, de 15 conférences internationales, sans compter plus de 39 essais contrôlés par placébo au Japon, au US, en Italie, en Allemagne et en Suède.

Ce sont les Japonais qui en ont découvert ses propriétés au début des années 1960. Il est prescrit au Japon depuis 1974, et des millions de patients en prennent quotidiennement. Mais la plupart des médecins occidentaux continuent à ignorer superbement le CoQ10, allez savoir pourquoi.

Peut-être parce que c’est une molécule naturelle, donc non brevetable, et qui n’intéresse donc pas l’industrie pharmaceutique ?

Le niveau de CoQ10 baisse fortement avec l’âge

Quand vous êtes jeune, en bonne santé et plein de vie, votre foie fabrique suffisamment de CoQ10 pour fournir la puissance nécessaire à votre cœur, vos poumons, vos muscles, et pour contrer les radicaux libres. L’énergie et la protection de vos organes vitaux (cœur et cerveau), de votre peau, de vos cheveux et de vos yeux est assurée.

Le problème survient quand le vieillissement, la mauvaise santé, la prise de médicaments et une mauvaise alimentation diminuent la production naturelle de CoQ10 dans votre corps. A votre 50e anniversaire, vous produisez 25 % de CoQ10 en moins qu’à 20 ans, ce qui peut expliquer pour une grande partie les symptômes du vieillissement (à 80 ans, la diminution peut atteindre 65 %).

Sans CoQ10, votre corps ne parvient plus à régénérer vos anti-oxydants (vitamine E et C, ainsi que les polyphénols). De plus, la production d’énergie cellulaire est fortement entravée.

Pour toutes ces raisons, il peut être nécessaire de prendre du CoQ10 sous forme de compléments alimentaires. Mais cela est plus vrai encore pour les personnes qui prennent des statines :

Le CoQ10 s’oppose aux effets secondaires des statines

En 1990, des chercheurs de Merck, un géant pharmaceutique, s’aperçoivent qu’il suffit d’ajouter à leurs statines une substance naturelle, le CoQ10, pour lutter contre les effets secondaires des statines.

La découverte fut faite, soigneusement brevetée, puis… enterrée.

Il pourrait s’agir d’un des plus grands scandales de l’histoire de la pharmacie moderne.

En effet, les statines font baisser le niveau de cholestérol en bloquant sa production dans la voie métabolique du mévalonate, qui est précisément la voie où est également produit… le CoQ10 !!

La prise régulière de statine bloque donc la production de CoQ10 en même temps qu’elle bloque la production de cholestérol ! (6) Cela aboutit à une baisse du niveau de CoQ10 dans les mitochondries, et donc à une baisse de la production d’énergie cellulaire, avec des effets évidents sur les muscles, à commencer par le cœur – et une plus grande vulnérabilité aux radicaux libres.

Prendre du CoQ10 pourrait donc être crucial pour les personnes sous statines, à tel point que des médecins aux Etats-Unis militent depuis 10 ans pour que la prise de CoQ10 devienne obligatoire avec les statines ! (7)

Comment faire le PLEIN d’énergie cellulaire

Je vous ai dit plus haut que la CoQ10 aide vos mitochondries à convertir les graisses et les sucres en adénosine triphosphate (ATP), la principale source d’énergie de notre corps.

Mais savez-vous quelle quantité d’ATP votre organisme produit, chaque jour ?

L’équivalent de votre poids corporel.

Ainsi, si vous faites 65 kg, vos mitochondries doivent fabriquer 65 kg d’ATP par jour, et votre CoQ10 est donc mobilisé en permanence à cette tâche exténuante. Tous vos muscles ont une soif inextinguible de CoQ10, en particulier votre muscle cardiaque car son métabolisme est le plus actif de tous les tissus.

Il est donc choquant que la « solution » proposée par la médecine traditionnelle pour guérir des maladies cardiaques soit de prendre des hypocholestérolémiants, qui font baisser le taux de CoQ10, ce qui peut effectivement épuiser votre corps.

En fait, des niveaux faibles de CoQ10 dans les tissus et le sang ont été signalés dans un large éventail de problèmes cardio-vasculaires, par une étude indiquant que plus grande est la déficience, plus sévères sont les symptômes.

A l’inverse, plusieurs études prouvent que des personnes avec des niveaux élevés de CoQ10 favorisent leurs tissus musculaires, leurs mitochondries et même leur sang, le CoQ10 intervenant dans le fonctionnement des globules rouges (hématies). Ce qui peut provoquer d’étonnants retournements du destin :

Sauvé de la mort de justesse

Le Professeur Folkers – le scientifique, qui a décrit la structure chimique précise du CoQ10 en 1958 – a dirigé la première étude contrôlée par placebo avec le Dr Per H. Langsjoen (entre 1983-1985), spécialiste du CoQ10 et des effets secondaires des statines.

Leur étude, publiée dans la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences, rapporte que 19 patients qui devaient mourir ont connu une « amélioration clinique extraordinaire » grâce à des niveaux accrus de CoQ10 !

Cinq études contrôlées par placébo, de 1984 à 1991, montrent que l’augmentation du taux de CoQ10 apporte une amélioration rapide et nette des douleurs à la poitrine, et accroît la capacité d’exercice physique. L’une de ces études montre que la durée de l’exercice est directement relative au niveau de CoQ10.

Récupération jusqu’à 90 % plus rapide en cas d’intervention chirurgicale !

De plus, dans une étude spectaculaire publiée en 1983 dans le Journal of Clinical Investigation, des patients cardiaques ont pris soit un placébo soit du CoQ10 pendant 14 jours avant la chirurgie et 30 jours après.

Dans le groupe ayant pris du CoQ10, non seulement la circulation sanguine, l’ATP et les fonctions cardiaques se sont améliorées avant l’intervention chirurgicale, mais leur récupération a été…COURTE (3 à 5 jours) et SIMPLE.Alors que les patients qui ont reçu le placebo avaient une récupération…LONGUE (15 à 30 jours) et COMPLIQUÉE.

Le CoQ10 n’a aucun effet indésirable

Le Dr Peter Langsjoen a analysé 34 études contrôlées par placébo, portant sur 2 152 patients souffrant de problèmes cardio-vasculaires. Il déclare qu’il n’y a aucune toxicité et aucune interaction médicamenteuse. Il dit aussi que le CoQ10 est « entièrement sûr, sans aucune toxicité, selon plus de 1000 études publiées ».

Mais pour être très précis, mon avis est que cela dépend du type de CoQ10 que vous choisissez :

Vous trouvez sur le marché, trois formes de CoQ10 : la synthétique, la semi-synthétique, et les molécules naturelles d’extraction.

D’un point de vue moléculaire, les trois formes se ressemblent beaucoup, mais les deux premières formes sont moins propres, car elles contiennent plus d’impuretés liées aux molécules.

D’autre part, si vous enquêtez sur les prix, vous vous apercevrez que vous pouvez trouver des niveaux très variables. Cela s’explique, outre la politique de marge du fournisseur, par l’origine du CoQ10 qu’ils vendent.

A 15 euros la boîte de 60 gélules, il s’agit très probablement de CoQ10 d’origine chinoise. Il n’est pas forcément mauvais en soi, mais vous avez plus de risque qu’il contienne des impuretés et, potentiellement, des polluants.

A 25 ou 30 euros la boîte de 60 gélules, ce sera du CoQ10 d’origine indienne. C’est déjà moins risqué, et tous les lots ne sont pas forcément contaminés, loin de là.

Mais s’il s’agit du corps de mes enfants, de celui de personnes de ma famille, ou du mien, je préfère payer plus cher et avoir du CoQ10 d’origine des USA ou du Japon, et sous la forme de molécules naturelles d’extraction (la troisième forme citée ci-dessus). Cela coûte plus cher, évidemment (40 à 60 euros la boîte).

Encore plus cher, il y a l’ubiquinol, qui est la forme réduite du CoQ10 (ubiquinone). Mais il s’agit en fait d’une astuce marketing pour des résultats quasi-identiques, qui ne justifient pas à mon avis la différence de prix. Le seul cas où cela se justifierait serait pour des personnes de 90 ans ou plus, qui ont un système enzymatique très affaibli.

Comment prendre votre CoQ10

Pour nous résumer, je considère que la prise de CoQ10 peut faire une différence cruciale pour les personnes qui prennent des statines, mais aussi pour toutes celles qui se préoccupent du vieillissement de leur cœur et de leurs artères.

Aucune autre substance n’alimente vos cellules et ne capture les radicaux libres dès leur apparition – à l’intérieur de la cellule elle-même – tout en travaillant avec d’autres anti-oxydants pour traquer les inflammations dans tout votre organisme.

Concernant les doses, il est recommandé d’en parler d’abord avec votre thérapeute, mais, d’une indication à l’autre, il est globalement conseillé de prendre 2 fois 50 mg par jour.

Il vaut mieux prendre les gélules de co-enzyme Q10 au cours d’un repas contenant des lipides, le CoQ10 étant mieux absorbé en présence d’huile ou de graisse.

Précautions à prendre

Attention, le CoQ10 est tout sauf un produit à « effet placebo », comme voudraient le faire croire certains. C’est un complément alimentaire qui a réellement un effet, et la preuve en est qu’il est nécessaire d’abord de consulter votre médecin avant de l’introduire dans votre régime. Il vous indiquera notamment que : Du fait de la ressemblance de structure entre le CoQ10 et la vitamine K, la complémentation ne doit pas être concomitante avec la prise de warfarine (Coumadine®, anti-vitamine K) ;

Le CoQ10 doit être évité chez l’insuffisant hépatique ou la personne porteuse d’une obstruction des voies biliaires, et chez le diabétique lors de la prescription concomitante de médicaments hypoglycémiants.

A noter également qu’en cas de complémentation en vitamine E à des taux élevés, l’augmentation du taux de CoQ10 sera plus lente du fait de la participation de celui-ci à la régénération de la vitamine E quand elle vient d’être oxydée.

Je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour vous encourager à prendre en charge votre santé cardiaque et préserver vos cellules et votre niveau d’énergie. Il me semble qu’il y a là une voie phénoménale à explorer, le CoQ10 ayant été désigné comme une des « stars anti-âge » par le magazine Alternatif Bien-Être (n°66).

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : A noter qu’un Dossier de Santé & Nutrition sur le cholestérol a été publié récemment. C’est, à ma connaissance, la meilleure synthèse qui ait été faite sur le sujet, dans un style facile et agréable à lire.

Sources :

Berthold HK, Naini A, Di Mauro S, Hallikainen M, Gylling H, Krone W, Gouni-Berthold I. Effect of ezetimibe and/or simvastatin on coenzyme Q10 levels in plasma: a randomised trial. Drug Saf. 2006;29(8):703-12.

M. de Lorgeril, Prévenir l’infarctus et les maladies cardiovasculaires, Thierry Souccar Editions, 2011, page 198.

Golomb BA, McGraw JJ, Evans MA, et al.: Physician response to patient reports of adverse drug effects: Implications for patient-targeted adverse effect surveillance. Drug Safety 30: 669–675, 2007.

M. de Lorgeril, Cholestérol, mensonges et propagande, Thierry Souccar Editions, 2008.

Framingham Heart Study.

La prise d’inhibiteur de l’HMG-CoA réductase comme la pravastatine, la simvastatine, ou la lovastatine, par des patients sujets à l’hypercholestérolémie, (pour réduire la synthèse de cholestérol), entraîne une baisse de la synthèse de coenzyme Q10 qui provoque une diminution d’environ 50 % de sa concentration plasmatique. Source : Berthold HK, Naini A, Di Mauro S, Hallikainen M, Gylling H, Krone W, Gouni-Berthold I. Effect of ezetimibe and/or simvastatin on coenzyme Q10 levels in plasma: a randomised trial. Drug Saf. 2006;29(8):703-12.

Cf la pétition du Dr Whitaker, déposée à la FDA le 24 novembre 2002.

Publié le Laisser un commentaire

Sept conseils pour prendre soin de votre cerveau

Le cerveau est une parfaite machine qui est beaucoup plus qu’un ensemble de neurones et de cellules gliales : il renferme un précieux trésor composé d’expériences vécues et de souvenirs qui déterminent en grande partie notre personnalité.Un coffre où l’on peut placer chaque jour de nouvelles choses qui le cultivent et qui le feront rester en bonne santé.

Prendre soin de votre cerveau requiert la connaissance de certaines pratiques qu’il faut appliquer quotidiennement : des habitudes alimentaires et des comportements grâce auxquels la matière grise peut conserver un état optimal qui permet de prévenir, ou du moins de retarder, l’apparition de certaines maladies.

Notre style de vie permet parfois d’éviter bien des maux : le stress, l’hypertension, le cholestérol, l’obésité, etc., donnent lieu non seulement à des accidents neuro-vasculaires, mais aussi à de simples céphalées causées par un excès de stress et d’anxiété. Voilà pourquoi nous devons veiller à mener un style de vie adéquat !

Améliorer nos capacités cognitives nous permettra aussi de réduire nos inquiétudes concernant les petits oublis, la sensation « d’avoir quelque chose sur le bout de la langue »… des détails qui ont de l’importance dans le quotidien. Prenez donc note !

Des conseils pour prendre soin de votre cerveau

1. Prendre soin de sa réserve cognitive

Tout ce que l’on a vécu, ressenti et même souffert fait partie de notre « magasin cérébral »; ce sont des souvenirs qui bâtissent le cerveau en lui apportant les fondations sur lesquelles il peut se construire et dans lesquels il peut puiser des émotions et apprendre, pour être capable de prendre des décisions en se basant sur ce qu’il a déjà vécu. Voilà ce que l’on appelle la réserve cognitive.

Plus elle est grande, plus le cerveau est protégé face au vieillissement prématuré, car elle favorise la création de nouvelles connexions cérébrales qui renforcent la matière neuronale. Cela renforce la protection face à d’éventuelles maladies. D’où l’importance d’expérimenter et d’apprendre de nouvelles choses tous les jours !

2. Veiller à une bonne alimentation

Le cerveau est un organe qui demande beaucoup d’énergie ; en fait, il consomme à lui seul 20 à 30% des calories ingérées. Mais il faut éviter de consommer trop de graisses, et encore moins d’aliments industriels, qui à la longue rendent difficile l’entretient d’une bonne santé cérébrale. Les nutritionnistes conseillent donc la consommation des éléments suivants, que vous pourrez trouver dans les aliments que nous indiquons :

Le tryptophane : essentiel pour l’apprentissage. On le retrouve dans des aliments comme le poisson, les œufs, les fruits secs, la banane, l’ananas et l’avocat.

voir aussi : « les bonnes raisons de manger des œufs« , « Les bienfaits de la banane« , « les vertus de lavocat« 

La choline : le soja et les œufs en sont riches. Elle est indispensable pour la transmission des impulsions nerveuses vers les muscles.

La L-glutamine : elle sert à produire l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) dans le cerveau, qui aide à rester de bonne humeur et à se sentir mieux. On la trouve dans les graines de sésame et dans les graines de tournesol.

Les flavonoïdes : essentiels à la synapse des neurones, ils réduisent le vieillissement neuronal et améliorent la mémoire. On les trouve dans les flageolets, dans le chocolat et dans le vin rouge.

L’acide alpha-lipoïque : également indispensable pour les neurones, il combat le stress et neutralise les radicaux libres. On le trouve dans les légumes verts comme les épinards, la laitue, le chou, le brocoli…

La vitamine E : elle contribue au bon déroulement de l’activité neuronale et prévient l’oxydation des membranes neuronales. On la trouve dans le curry, dans les asperges, dans l’avocat, dans les noix, dans les cacahouètes, dans les olives et dans l’huile d’olive.

3. L’activité physique

Certaines études affirment que l’activité physique prévient ou retarde l’apparition de maladies comme l’Alzheimer ou la maladie de Parkinson. Il suffit de marcher une heure par jour, de faire du vélo, de pratiquer de la natation ou de faire une activité quelconque de manière quotidienne pour améliorer les connexions entre ses neurones.

4. Mieux gérer ses émotions

Savez-vous quel est l’un des pires ennemis de la santé cérébrale ? Il s’agit du stress, en effet. Notre style de vie, nos obligations quotidiennes, l’anxiété, etc. nous font accumuler des toxines, ce qui empêche le bon fonctionnement du cerveau et entraîne l’oxydation des tissus. À la longue, le cerveau vieillit prématurément. D’où l’importance de considérer les choses avec calme, de donner de la priorité aux pensées positives et de voir les choses d’une nouvelle perspective, avec plus de sérénité, afin de préserver sa santé physique et mentale.

5. Les relations sociales

Être entouré d’amis et de membres de la famille qui nous apportent leur expérience, leur réconfort, du dialogue et du courage nous aide à avoir un plus grand intérêt pour la vie. Notre cerveau se nourrit de ces expériences qui rendent sa réserve plus forte et puissante, ce qui l’aidera à rester jeune et en forme !

6. Dormir un minimum de 7 ou 8 heures

Le repos est un besoin fondamental pour le corps et pour le cerveau. Ce dernier en a particulièrement besoin pour réaliser ses fonctions, comme l’organisation et le stockage des souvenirs et des expériences vécues. Le cerveau est très actif pendant la nuit, mais ne réalise correctement ses fonctions que si nous sommes plongés dans un sommeil profond.

7. La stimulation cognitive

En plus de l’exercice physique, le cerveau a besoin de réaliser sa propre activité et de faire face à ses propres défis quotidiens qui graissent positivement ses engrenages et l’aident à rester jeune et en bon fonctionnement. On peut jouer aux échecs avec un ami ou un membre de la famille, faire des mots croisés ou des sudokus, lire un livre, dessiner… Pourquoi ne pas commencer à tenir un journal intime et exprimer les expériences vécues au long de la journée ? Ce sont de petits défis qui font travailler le cerveau. N’hésitez pas à les essayer !

Publié le Laisser un commentaire

19 Bienfaits des noix sur la santé

Les noix sont des fruits à coque que l’on trouve dès le début de l’automne. Elles se conservent parfaitement et peuvent se déguster tout au long de l’année. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elles ont de véritables bienfaits pour notre corps y compris pour la peau et les cheveux. Que diriez-vous d’avoir une santé de fer ?

Le fait que les noix aient de nombreux bienfaits pour la santé n’est pas vraiment surprenant. En effet, les noix sont parmi les meilleures sources de nutriments tels que les vitamines B et E et les acides gras oméga-3. Elles sont bien meilleures pour votre santé que vous ne l’imaginez ! Que vous cherchiez un truc pour fortifier votre coeur, ralentir les signes de vieillissement ou simplement des astuces pour avoir une belle peau et de beaux cheveux, ne cherchez pas plus loin ! Les noix sont l’aliment qu’il vous faut.

Bienfaits sur la peau

1. Réduit la transpiration Les feuilles de noix contiennent du tanin, une substance naturelle qui réagit avec les protéines pour resserrer les pores de la peau. Cela a pour effet de « rétrécir » les glandes sudoripares et donc de réduire la transpiration. Faites bouillir des feuilles de noix séchées dans l’eau pour faire une décoction qui fonctionnera comme une lotion anti-transpirante. Un excellent moyen de dire au revoir aux déodorants chimiques. Cette lotion fonctionne aussi pour les pieds qui transpirent beaucoup.

2. Resserre les pores de la peau Le tanin dans les feuilles de noyer a un effet astringent sur la peau. Si vous avez tendance à avoir les pores de la peau du visage dilatés, utilisez une décoction de feuilles de noyer comme lotion. Cela améliore la structure de la peau et resserre les pores.

3. Fait disparaître les boutons Pas très gracieux d’avoir de l’acné sur le visage, n’est-ce pas ? Les feuilles de noix peuvent vous être utiles. Sachez que l’acné est dû aux glandes sébacées qui produisent trop de gras et bouchent les pores de la peau. Résultat, cela favorise la présence de bactéries qui infectent la peau et produisent un bouton.

Les feuilles de noix ont un effet anti-inflammatoire et aident à lutter contre les bactéries causant l’acné. Le remède est donc d’utiliser les feuilles de noyer pour en faire une infusion et vous laver le visage si vous avez de l’acné.

4. Rend la peau douce et souple L’huile de noix a un effet hydratant et nourrissant pour la peau. Elle contient une forte concentration en acides linoléniques qui fonctionnent comme un émollient. Cela comble l’espace entre les cellules de la peau pour lui donner un aspect souple et plus doux au toucher.

5. Permet d’exfolier la peau Broyez des noix pour en faire une poudre très sommaire. Elle a un effet légèrement abrasif pour éliminer les peaux mortes et améliorer la texture de la peau.

Si vous cherchez quelque chose de plus fort pour exfolier vos coudes ou vos talons par exemple, broyez quelques coquilles de noix. Mélangez-les avec votre gel douche et exfoliez les parties les plus sèches du corps.

6. Lutte contre les rides L’huile de noix est une huile extrêmement hydratante. Elle aide donc à combattre les méfaits des radicaux libres et ralentit les effets du vieillissement. L’huile de noix pourrait bien devenir votre secret de beauté pour une peau lumineuse qui respire la santé.

Bienfaits des noix pour les cheveux

7. Lutte contre la chute de cheveux Les acides gras oméga-6 contenus dans les noix, la vitamine B7 et la biotine aident à lutter contre la chute des cheveux. Mais ce n’est pas tout ! L’huile de noix renforce les follicules capillaires. Pensez à manger des noix régulièrement en petite quantité pour combler vos carences en biotine, responsable (entre autres) de la chute de cheveux.

8. Favorise la croissance des cheveux Appliquez de l’huile de noix sur votre cuir chevelu et massez-le. Pourquoi ? Car cela va nourrir les cheveux et favoriser leur croissance.

L’huile de noix contient des minéraux essentiels comme le fer, le zinc et le cuivre qui contribuent à la croissance de cheveux sains.

9. Élimine les pellicules Les pellicules proviennent souvent d’un cuir chevelu trop sec. De petits flocons de peau blancs tombent sur vos vêtements et sont franchement inesthétiques. Mais l’huile de noix est la solution efficace que peu de gens connaissent. Diluée, elle est couramment utilisée pour traiter les pellicules en hydratant le cuir chevelu

10. Colore les cheveux foncés Le brou de noix est utilisé depuis des siècles comme coloration naturelle pour les cheveux foncés. Cela donne des reflets cuivrés ou permet de foncer les cheveux châtains. Vous trouverez ici du brou de noix déjà en poudre. Il ne reste plus qu’à en faire une pâte en le mélangeant avec de l’eau et à l’appliquer sur les cheveux. Naturel et sain, en plus de colorer, il nourrit les cheveux. Bien plus naturel que les colorations chimiques !

Bienfaits des noix pour la santé

11. Améliore la santé de votre cœur Les noix contiennent un acide appelé acide ellagique qui fluidifie les accumulations de matières grasses dans les artères. Les noix sont riches en L-arginine, un acide aminé aux nombreux bienfaits pour les personnes qui souffrent ou ont un risque de maladie cardiovasculaire. Les dépôts de graisse dans les artères, appelés plaques, durcissent au fil du temps et bouchent vos artères, parfois même en bloquant totalement le flux sanguin. Cela entraîne une hypertension artérielle et des troubles cardiaques associés, comme un AVC ou une crise cardiaque. L’accumulation de plaques peut aussi entraîner des inflammations qui peuvent être résorbées par les noix car elles contiennent de l’acide alpha-linolénique (ALA), un acide gras oméga-3 essentiel. L’ALA est un anti-inflammatoire naturel qui aide à prévenir la formation de caillots de sang.

Ces acides gras peuvent également améliorer le fonctionnement des cellules endothéliales qui recouvrent la paroi interne des artères. Cela a pour effet de réguler l’élargissement et le rétrécissement des artères, modulant ainsi la tension artérielle. Ceux qui consomment des aliments riches en ALA ont 50% moins de chance d’avoir une crise cardiaque. Manger seulement 4 noix par jour augmente significativement vos niveaux de ALA. Et une consommation régulière de noix régule aussi le taux de cholestérol.

Les noix peuvent aussi réduire les problèmes liés à un rythme cardiaque irrégulier que l’on appelle arythmie. C’est pour cette raison que les professionnels de santé recommandent de manger des noix pour protéger votre cœur. Consommer plus de noix réduit de manière significative le risque de décès chez les personnes présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire.

En revanche, si vous essayez de vous débarrasser d’un herpès, évitez de manger des noix, ou mangez-en peu. En effet, la L-arginine en trop grande quantité peut réduire les taux de l’acide aminé lysine, ce qui peut faire apparaître des poussées d’herpès.

12. Ralentit le vieillissement Les noix contiennent beaucoup d’antioxydants comme les composés polyphénoliques et les flavonoïdes.

Ces molécules empêchent les cellules de votre corps de se détériorer à cause des radicaux libres. Vous savez maintenant comment ces noix ralentissent le vieillissement. les polyphénols que l’on retrouve dans les noix empêchent l’apparition des lésions hépatiques d’origine chimique.

Voici la conclusion des chercheurs : « Les noix ont une haute teneur en polyphénols, qui possèdent un pouvoir antioxydant élevé en se liant aux lipoprotéines responsables de l’athérosclérose in vivo. »Chez les humains, les études prouvent que les noix améliorent le taux sanguin des lipides, comme le cholestérol, le HDL, le LDL et les triglycérides. Elles améliorent aussi la fonction endothéliale et réduisent les inflammations, et ce sans aucune prise de poids. »

13. Diminue les risques de cancer Les noix contiennent des antioxydants comme l’acide ellagique et l’ellagitannine qui peuvent limiter la formation de certains cancers comme celui du côlon. Certaines études montrent que l’acide ellagique a le pouvoir de tuer les cellules cancéreuses dans le côlon. Les études sur les animaux ont également montré qu’il en était de même pour les cancers du sein, du rein et de la prostate.

Un régime riche en noix ralentit la croissance du cancer de la prostate de 30 à 40%.

Une poignée de noix par jour suffit pour réduire de 50 % le nombre et de la taille des tumeurs mammaires

Les chercheurs suggèrent donc qu’il est bénéfique d’inclure des noix dans son alimentation pour diminuer les risques de cancer.

14. Améliore la qualité du sperme En ajoutant simplement 100 g de noix à son régime alimentaire, il est possible d’améliorer la qualité de son sperme. En effet, l’amélioration est visible sur le nombre de spermatozoïdes, leur forme et leur taille, leur mobilité et leur vitalité. C’est probablement parce que les noix augmentent les niveaux d’acides gras oméga-6 et d’acides gras oméga-3 dans le sang, essentiels à la bonne santé des spermatozoïdes.

15. Ralentit le vieillissement du cerveau Avec l’âge, le cerveau se détériore petit à petit.

Les noix peuvent contribuer à retarder l’apparition de ces symptômes et aussi ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer. Pourquoi ? Les noix contiennent de nombreux composés neuroprotecteurs, notamment la vitamine E, vitamine B9, la mélatonine, les acides gras oméga-3 et les antioxydants comme les polyphénols, de l’acide gras α-linolénique, de l’acide folique qui tous empêchent les lésions nerveuses causées par les radicaux libres. Même chez les jeunes adultes, les noix sont bénéfiques car elles améliorent la capacité à trier les informations importantes dans un grand nombre d’informations. Une fonction cognitive essentielle du cerveau.

16. Aide à gérer le diabète de type 2 Si vous avez un diabète de type 2, essayez de manger des noix régulièrement.

Pourquoi ? Car dans une étude scientifique, des adultes diabétiques de type 2 en surpoids ont mangé 50 g de noix tous les jours pendant plusieurs mois. En seulement 3 mois, ils ont vu leur taux d’insuline à jeun baisser significativement. Cela indique que leur corps utilisait de l’insuline pour contrôler les niveaux de glucose plus efficacement qu’auparavant. La raison de ce bienfait ? Les noix possèdent des agents anti-inflammatoires qui protègent contre l’inflammation, responsable de la résistance à l’insuline.

17. Aide à s’endormir plus rapidement Saviez-vous que les noix contiennent de la mélatonine, une hormone qui sert notamment à s’endormir ? Et bien sachez que des études scientifiques ont démontré que les animaux qui mangeaient des noix produisaient davantage de mélatonine dans leur sang. Par conséquent, en mangeant des aliments riches en mélatonine comme les noix, cela vous aide à vous endormir plus vite et plus facilement. Et surtout à réduire le nombre de fois où vous vous réveillez la nuit.

18. Soulage et réduit l’arthrite La noix est l’un des aliments recommandés pour ceux atteints d’arthrite. L’arthrite est une affection qui provoque des douleurs dans les articulations et les endommagent. Les noix contiennent des acides gras oméga-3 qui peuvent réduire ces douleurs. Ce bienfait est démontré par le fait que lorsque l’on mange des noix, les marqueurs comme la protéine C-réactive diminuent.

19. Elles font perdre du poids Non les noix ne vous font pas prendre du poids ! Au contraire, elles peuvent même vous aider à perdre du poids et retrouver un poids idéal. En effet, cette étude a révélé que les personnes qui mangent des noix régulièrement, ou qui remplacent certains aliments par des noix, perdent environ 1 kg et plus d’1 cm de tour de taille. Enfin, sachez qu’en mangeant des noix, votre sensation de satiété augmente en seulement 3 jours. Résultat, vous grignotez moins et il est plus facile de maîtriser votre poids.

Vous devriez aussi manger la peau des noix ! Les cerneaux de noix sont entourés d’une fine pellicule ocre et légèrement amère. C’est d’ailleurs pour se débarrasser de cette amertume que certaines personnes enlèvent cette pellicule en trempant les noix dans de l’eau bouillante. Mais il ne faut pas l’enlever ! En effet, les chercheurs ont calculé que c’est dans cette pellicule que se trouvent 90% des antioxydants des noix. Cette fine couche est donc la partie la plus bénéfique à votre santé ! Pour augmenter les bienfaits des noix sur votre santé, il est conseillé de consommer seulement des noix bio, crues et non irradiées.

Comment conserver les noix ? les noix sont un fruit délicat, si elles ne sont pas séchées. Elles peuvent facilement périr et ainsi perdre les bienfaits de leurs précieux acides aminés.

Si vous achetez vos cerneaux de noix en vrac, évitez les noix qui ne sont pas charnues, qui ont une odeur de rance ou dont vous ne pouvez pas vérifier la qualité. Le mode de conservation des noix dépend de leur degré de maturité.

Pour les noix fraîches, mettez-les dans le bac à légumes du réfrigérateur et consommez-les rapidement (dans les 24 à 48 h) pour qu’elles conservent toute leur saveur.

Pour les noix sèches, c’est l’inverse. Ne les conservez pas au frais, sinon elles perdraient tout leur bon goût !

Vous pouvez améliorer la qualité des noix en les faisant tremper dans de l’eau pendant la nuit. Cela va permettre d’éliminer des enzymes inhibiteurs et de l’acide phytique. Après les avoir trempées, faites les sécher à basse température (entre 40 et 45°C) jusqu’à ce qu’elles retrouvent leur délicieuse texture croquante.