Publié le Laisser un commentaire

ROYAUME-UNI : BOURLA RECONNU COUPABLE

ROYAUME-UNI : BOURLA RECONNU COUPABLE DU BOUT DES LEVRES ET SANS AUCUNE SANCTION (EVIDEMMENT) D’AVOIR TROMPE LES PARENTS SUR L’EFFICACITE ET LA SECURITE DE SON (PSEUDO) VACCIN COVID POUR LES ENFANTS.

Us ForThem , un groupe d’activistes britanniques œuvrant pour le bien-être des enfants, a tenu Pfizer responsable d’avoir induit les parents en erreur sur la sécurité du vaccin Covid.

Le 2 décembre 2021, la BBC a publié sur son site Web, une interview vidéo et un article d’accompagnement sous le titre ‘ Pfizer boss : Annual Covid jabs for following years. (le patron de Pfizer: injections annuelles Covid pour les prochaines années)

L’interview du rédacteur médical de la BBC, Fergus Walsh, menée sous forme de conversation amicale au coin du feu, a donné au Dr Albert Bourla, président et chef de la direction de Pfizer, une opportunité promotionnelle gratuite incroyable alors qu’ en tant que radiodiffuseur relevant du service public britannique, il est en principe interdit à la BBC de diffuser de la publicité commerciale.

Sans surprise, Pfizer a profité de cette opportunité étonnante pour promouvoir l’adoption de son produit vaccinal. Comme le suggère le slogan de la BBC, le message-clé relayé par le Dr Bourla qui répondait à une question savamment orientée de M. Walsh, était que de nombreux autres vaccins allaient devoir être achetés et injectés pour maintenir des niveaux de protection élevés au Royaume-Uni. Il avait évoqué peu de temps avant que le fait que le gouvernement britannique achèterait 54 millions de doses supplémentaires de vaccins Pfizer.

Déclarations trompeuses sur la sécurité

Parmi ses encouragements explicites et implicites faites au Royaume-Uni pour qu’il commande davantage de vaccins à sa société, le Dr Bourla a insisté sur les mérites de la vaccination des enfants de moins de 12 ans, en disant : « [Donc] il ne fait aucun doute dans mon esprit que les avantages, sont complètement en faveur de le faire [vacciner les enfants de 5 à 11 ans au Royaume-Uni et en Europe] ».

Aucune mention de risques ou d’événements indésirables potentiels, ni même la pondération de facteurs autres que les avantages apparents : le Dr Bourla se disait totalement convaincu que le Royaume-Uni et l’Europe devraient vacciner des millions d’enfants.

En fait, il est apparu plus tard que l’article de la BBC avait mal cité le Dr Bourla, qui, dans l’intégralité de l’enregistrement vidéo de l’interview, s’était aventuré sur les avantages d’être « complètement » en faveur de la vaccination des jeunes enfants.

Malgré la force du discours inconditionnel et superlatif du Dr Bourla pour la vaccination des moins de 12 ans, les autorités réglementaires britanniques n’ont pas autorisé l’utilisation du vaccin chez ces enfants avant l’extrême fin 2021 ; et en effet, cela s’est produit quelques mois seulement après que le JCVI – l’organe d’experts qui conseille le gouvernement britannique sur l’opportunité et le moment de déployer des vaccins – avait refusé de conseiller au gouvernement de déployer un programme de vaccination de masse pour les 12 à 15 ans en bonne santé arguant le fait que « la marge de bénéfice, basée principalement sur une perspective de santé, est considérée comme trop petite pour soutenir des conseils sur un programme universel de vaccination d’enfants de 12 à 15 ans par ailleurs en bonne santé… » .

En réponse, peu de temps après la diffusion de l’interview, UsForThem a déposé une plainte auprès de la Prescription Medicines Code of Practice Authority (PMCPA) du Royaume-Uni – l’organisme de réglementation chargé de contrôler les promotions de médicaments sur ordonnance au Royaume-Uni. La plainte citait la nature ouvertement promotionnelle des reportages de la BBC et contestait la conformité des commentaires du Dr Bourla sur les enfants avec les règles apparemment strictes régissant la promotion des médicaments au Royaume-Uni.

Un processus douloureux d’un an

Plus d’un an plus tard, à la suite d’un long processus d’évaluation et d’un appel tout aussi long de Pfizer contre les premières conclusions accablantes de la PMCPA, la plainte et toutes les conclusions de la PMCPA ont été rendues publiques dans un rapport de cas publié sur le site Web du régulateur . **

Bien que certains aspects de cette plainte n’aient finalement pas été confirmés en appel, il est important de noter qu’une commission d’appel nommée par l’industrie a confirmé les conclusions initiales du PMCPA selon lesquelles les commentaires du Dr Bourla sur l’utilisation du vaccin Covid pour les 5 à 11 ans étaient promotionnels, sans compter qu’ils étaient à la fois trompeurs et n’offraient aucune justification en termes de sécurité au sujet de la vaccination de ce groupe d’âge.

Même après que UsForThem ait impliqué un certain nombre de parlementaires britanniques éminents, dont le député Sir Graham Brady, pour qu’il aide à accélérer la plainte, le processus a été traîné en longueur – ou peut-être « interrompu » – tandis que le déploiement du vaccin de Pfizer aux moins de 12 ans du Royaume-Uni se poursuivait et que l’interview et l’article de la BBC étaient toujours en ligne. Aujourd’hui, l’interview est malgré tout toujours disponible sur le site Web de la BBC, bien que le PMCPA l’ait en fait qualifiée de « désinformation » en ce qui concerne la vaccination des enfants.

Lorsque la nouvelle de l’issue de l’appel a été révélée pour la première fois en novembre 2022 par un journaliste du journal The Daily Telegraph , Pfizer a publié un commentaire selon lequel il prenait la conformité au sérieux et était ravi que la «plus grave» des conclusions initiales du PMCPA – à sa voir que Pfizer n’avait pas réussi à maintenir des normes élevées et avait jeté le discrédit sur l’industrie pharmaceutique et ébranlé la confiance dans celle-ci – avait été annulée en appel.

Pfizer vit dans un autre monde lorsqu’il affirme que discréditer l’industrie pharmaceutique est considéré comme une affaire plus sérieuse que de faire des affirmations trompeuses et non fondées sur la sécurité de leurs produits utilisés sur les enfants. Cela en dit long sur l’état d’esprit et les priorités des cadres supérieurs d’entreprises telles que Pfizer.

Et si le fait d’induire les parents en erreur sur la sécurité d’un produit vaccinal destiné aux enfants ne discrédite pas ou ne réduit pas la confiance dans l’industrie pharmaceutique, il est difficile d’imaginer quelle norme a pu être appliquée par la commission d’appel qui a infirmé cette conclusion initiale.

Selon le rapport de cas, la commission d’appel a tenu compte des « circonstances uniques » de la pandémie : peut-être a-t-elle estimé qu’on ne peut pas toujours s’attendre à ce que Pfizer respecte les règles lorsqu’il est occupé à mettre au point un produit censé nous sauver d’une pandémie.

Multiples manquements. Mais pas de pénalité significative

En effet, un bref examen du journal des plaintes du PMCPA confirme qu’il a été constaté que Pfizer a enfreint les règles britanniques en matière de publicité des médicaments concernant son vaccin Covid quatre fois de plus depuis 2020. Étonnamment, cependant, pour leurs infractions dans ce cas le plus récent, et dans chacun des autres cas décidés contre lui, ni Pfizer ni le Dr Bourla ne subiront de pénalité significative (le PMCPA aura prélevé une petite charge administrative pour couvrir le coût de l’administration de chaque plainte). Ainsi, en pratique, ni l’un ni l’autre n’a intérêt à regretter l’infraction, ou à éviter de la répéter s’il reste commercialement opportun de le faire.

Et c’est peut-être là le nœud du problème : le PMCPA, le principal régulateur britannique dans ce domaine, fonctionne comme une division de l’Association of the British Pharmaceutical Industry, l’organisme commercial de l’industrie britannique. C’est donc un régulateur financé par, et qui n’existe que par la volonté des entreprises dont il est chargé de surveiller le comportement.

Bien que la pharmacie soit l’un des secteurs les plus lucratifs et les mieux financés du monde des affaires, le système largement autorégulateur sur lequel l’industrie a depuis des décennies le privilège de s’appuyer manque de ressources et est devenu lent, doux et impuissant. .

L’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA), une agence gouvernementale, est en principe compétente pour tenir la BBC responsable de ce qui semble avoir reflété des violations des règles sur la publicité des médicaments lorsqu’elle a diffusé et promu les commentaires du Dr Bourla, mais non des mesures qui n’ont pas encore été prises.

Cette affaire, et l’apparente impunité dont semblent bénéficier des entreprises telles que Pfizer, prouvent que le système de surveillance de l’industrie pharmaceutique au Royaume-Uni est désespérément dépassé et que les autorités de réglementation sont risiblement mal équipées pour garder des entreprises puissantes et extrêmement bien dotées en ressources pour les maintenir sous contrôle. Le système de réglementation de Big Pharma n’est pas adapté à son objectif ; il est donc temps de le repenser.

Les enfants méritent mieux et nous devrions tous l’exiger.

** Note de fin : un document d’information non divulgué
Dans le cadre de sa défense de la plainte d’UsForThem, Pfizer s’est appuyée sur le contenu d’un document d’information interne qui avait été préparé pour le PDG par l’équipe de conformité britannique de Pfizer avant l’interview de la BBC. Pfizer a initialement demandé que ce document ne soit pas communiqué à UsForThem au motif qu’il était confidentiel. Lorsque UsForThem a ensuite demandé à voir le document (au motif qu’il n’était pas possible de répondre pleinement à l’appel de Pfizer sans lui), UsForThem s’est vu proposer une version partiellement expurgée, et seulement alors sous les termes d’un engagement de confidentialité perpétuel et général.

Sans connaître le contenu de ce document ou l’étendue des suppressions, UsForThem n’était pas disposé à s’engager de manière inconditionnelle et perpétuelle en matière de confidentialité, mais a accepté à contrecœur le document supprimé et de le garder confidentiel sous réserve d’une exception limitée : si UsForThem raisonnablement croyait que le document expurgé révélait des preuves de négligence grave ou d’actes répréhensibles de la part de Pfizer ou de toute autre personne, y compris des preuves de dommages imprudents ou délibérés à la santé publique des enfants, UsForThem serait autorisé à partager le document, sur une base confidentielle, avec les membres du Parlement britannique.

Cette exception limitée à la confidentialité n’a pas été acceptée. Par conséquent, UsForThem n’a jamais vu le document d’information et a plutôt tiré la conclusion qu’il contenait un contenu que Pfizer considérait comme compromettant et qu’il ne souhaitait donc pas risquer de rendre public.

https://odysee.com/@Q…uestions:6/Albert-Bourla-reco..

https://www.todayville.com/uk-regulators-find-pfizer-..

Laisser un commentaire