Publié le Laisser un commentaire

Un autre monde est possible

Je vous le dis, un autre monde est possible.

Un monde où vous vous opposez à cette tentative de contrôler votre santé.

Un monde fait d’initiatives de santé différentes, où demain vous n’aurez plus aucune raison d’avoir peur, parce que vous serez mieux préparé aux grandes maladies qui s’annoncent.

La médecine officielle n’hésite pas à vous cacher (et parfois vous interdire) des approches naturelles qui respectent votre corps et votre spécificité de patient.

Parce que ces solutions n’entrent pas dans ses schémas de pensée. Parce qu’ils veulent des solutions uniques pour tout le monde.

Pour prendre des exemples récents :

  • Si vous avez de l’arthrose on vous donne des anti-inflammatoires qui provoquent des saignements de l’estomac et abîment votre foie ;
  • Si vous êtes anxieux ou déprimé, on vous prescrit des antidépresseurs qui vous donnent des nausées, des vertiges, de la prise de poids ;
  • Si vous avez des douleurs fortes on vous prescrit de la cortisone qui favorise les infections microbiennes…

Mais qui ose vous dire :

  • Que des chercheurs ont découvert une forme de curcuma phospholipidique qui pourrait supprimer les douleurs de l’arthrose ?
  • Qu’on sait depuis des siècles que le millepertuis est la plante la plus efficace contre la dépression, sans effet secondaire ?
  • Que les nouvelles recherches sur l’harpagophytum et la gaulthérie concluent qu’ils sont les antidouleurs naturels les plus efficaces ?

Je veux vous donner accès à d’autres solutions.

Des solutions concrètes, faciles à comprendre, rapides à mettre en œuvre, qui vous permettent de lutter contre certaines grandes maladies et soigner les petits maux du quotidien.

Mine d’informations

Je veux vous aider à redécouvrir ces remèdes simples de tous les jours, souvent cachés dans les armoires de votre cuisine.

Oui, l’angélique officinale facilite la digestion et élimine les flatulences, la citrulline soulage les crampes, l’huile essentielle de menthe poivrée combat le mal de tête.

Mais je veux aussi vous révéler des solutions pour accompagner des maladies plus importantes.

Savoir ce qu’il faut manger pendant une chimiothérapie PEUT changer la donne. 

Connaître les micronutriments qui nettoient les artères PEUT vous éviter le pire.

Vous avez le droit de savoir qu’il existe une méthode pour ralentir Parkinson grâce au mucuna pruriens.

Vous avez le droit de savoir que le jeûne a accompagné avec succès des milliers de malades du cancer.

De telles vérités sont muselées par la culture du tout-médicament.

Qui vous dit :

  • Que le cholestérol n’est pas responsable des maladies cardiovasculaires ;
  • Que l’arthrose n’est pas irréversible et que des protocoles alimentaires peuvent vous aider ;
  • Que le diabète n’est pas seulement un problème de sucre ;
  • Que selon les dernières recherches, la maladie d’Alzheimer ne commencerait pas dans le cerveau, mais dans les intestins ;
  • Que le dépistage de certains cancers est inutile et qu’il peut dans certains cas faire plus de mal que de bien ?
Publié le Laisser un commentaire

Huile de foie de morue

une étude américaine qui a cherché à savoir si un apport en vitamine A (rétinol) ou en provitamine A (terme regroupant les caroténoïdes alimentaires que l’organisme peut convertir en rétinol) pouvait être associé à une meilleure fonction pulmonaire chez les enfants. 

Résultats : le risque de trouble respiratoire obstructif et  d’asthme à l’adolescence est bien réduit par un apport plus élevé de vitamine A durant l’enfance, mais pas par le carotène. Cela  confirme ce que les données animales avaient déjà montré, à savoir que l’acide rétinoïque procuré par la vitamine A joue un rôle précoce crucial dans le développement des alvéoles pulmonaires.

À quand le retour de la cuillère quotidienne d’huile de foie de morue ? Cette huile de poisson est en effet très riche en vitamine A et nos grands-mères avaient donc bien raison de la faire avaler aux enfants pour stimuler la santé de leurs poumons.

Publié le Laisser un commentaire

Huile d’olive bonne pour les poumons

On nous vante son intérêt aussi contre :

  • Les troubles cardiovasculaires, Certains cancers, Les problèmes de peau, Les troubles articulaires, Etc.

Ce serait l’un des secrets longévité des centenaires du pourtour méditerranéen.

La consommation d’huile d’olive par près de 100 000 participants suivis pendant 28 ans, non pas pour enfoncer une porte ouverte et mesurer la réduction  du risque cardiovasculaire mais pour évaluer l’influence du fruit de l’olivier sur la mortalité générale et sur la mortalité liée à d’autres causes spécifiques. Les résultats sont assez stupéfiants car ils montrent qu’une consommation élevée d’huile d’olive est associée à une diminution de 19% du risque de décès toutes causes, ainsi qu’à une réduction de la mortalité par cancer (-17%), par maladie neurodégénérative (-29%) et par affection respiratoire (-18%). Ainsi donc, le simple fait de cuisiner à l’huile d’olive et d’en assaisonner généreusement ses salades réduit quasiment d’un cinquième le risque de succomber à une maladie touchant les poumons.

Publié le Laisser un commentaire

L’équilibre de votre thyroïde

La thyroïde, malgré sa petite taille, est l’une des glandes endocrines les plus importantes. Avec seulement 20 grammes, elle régule notre métabolisme, notre sommeil, notre digestion, notre libido, notre cœur ou encore notre santé mentale.

Et quand cette glande, située à la base du cou, se fait hypoactive, elle engendre une multitude troubles telles que prise de poids, fatigue, ralentissement du rythme cardiaque, troubles de la concentration, problèmes de peau et douleurs musculaires.

Face à ces symptômes, un dépistage de pathologie thyroïdienne doit être fait. Il se réalise par une prise de sang qui révélera le taux de TSH (thyroid-stimulating hormone). C’est cette hormone produite par l’hypophyse qui régule la thyroïde.

Si son taux est trop élevé, il témoigne souvent d’une sous activité thyroïdienne. D’autres examens complémentaires sont alors souvent prescrits pour corroborer les résultats.

Notez que les personnes souffrant d’une maladie auto-immune (diabète de type 1, maladie cœliaque, polyarthrite…) courent également plus de risques de souffrir de la thyroïde.

Les causes d’une hypothyroïdie sont diverses, voici les principales :

1. Une inflammation de la thyroïde

Connue sous le nom d’Hashimoto, cette maladie auto-immune se caractérise par le développement d’anticorps qui agressent la thyroïde.

En d’autres mots, votre organisme se croit à tort agressé par des cellules thyroïdiennes et essaye de les éliminer. Ce qui engendre une inflammation chronique.

2. Une mauvaise alimentation

Une alimentation appauvrie en nutriments (surtout iode, zinc et sélénium) augmente les risques de sous-activité thyroïdienne.

3. Le syndrome de l’intestin perméable

Connu également sous le nom de Leaky gut, ce syndrome peut être source de carences et d’inflammations. L’alimentation joue un rôle essentiel pour la santé des intestins. Malmenée par des aliments de mauvaise qualité, leur muqueuse s’altère et le microbiote s’appauvrit.

C’est ainsi que de grosses molécules alimentaires ou bactériennes traversent la paroi, passent dans notre corps et stimulent notre système immunitaire. Se croyant agressé, il engendre divers troubles dont le déséquilibre hormonal.

4. La grossesse

Chez certaines femmes, les hormones thyroïdiennes peuvent être perturbées pendant ou après la grossesse. Même si dans la majorité des cas, cette thyroïdite post-partum disparaît dans l’année qui suit l’accouchement, il arrive qu’elle se transforme en hypothyroïdie permanente.

Vous pouvez stimuler votre thyroïde en adoptant la bonne stratégie alimentaire qui contribuera à produire davantage d’hormones thyroïdiennes.

1. Adoptez les bons micronutriments

  • Iode

L’iode est un oligo-élément indispensable pour la thyroïde indispensable à la synthèse de la T3 : sans iode, votre thyroïde est en danger ! , le sommeil, la cognition, les facultés reproductives, etc.

Pour optimiser vos apports en iode de façon saine et ainsi combler vos carences, vous avez tout intérêt à miser sur l’iodure de potassium pur.

Cet oligoélément est incontournable pour stimuler la thyroïde. Vous en trouverez dans les algues (wakamé, dulse, kombu, nori…), les poissons, du maquereau, les crustacés des huîtres , les yaourts, les œufs ou encore le sel de table iodé sans pour autant abuser du sel, qui augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires. Pour profiter de l’iode la plus naturelle possible, tournez-vous vers le fucus vésiculeux. Cette algue brune bien moins connue (et moins intéressante pour votre santé) que la spiruline aide à la production normale d’hormones thyroïdiennes et à une fonction thyroïdienne normale grâce à sa forte concentration en iode.

Notez que les coquillages (moules, coques, palourdes) affichent une grande concentration. À titre d’exemple, 100 g de moules (114 kcal) couvrent 130 % d’iode.

Attention, ne faites pas une orgie d’iode en pensant bien faire. Ce sera tout l’effet inverse. L’excès d’iode est en effet très nocif pour votre santé (dysfonctionnement thyroïde, maladie cardiaque, cancer du sein).

Comme toujours, le juste milieu et la diversité alimentaire est la solution.

  • Le sélénium

Essentiel à la régulation des hormones thyroïdiennes, cet oligoélément protège également la glande contre les ravages du stress oxydatif.

Vous en trouverez dans les produits de la mer, les oléagineux (surtout noix du Brésil), les abats, le jaune d’œuf, la volaille, le fromage ou encore dans l’ail.

  • Le zinc

Le zinc intervient dans la production et libération de la TSH, qui est elle-même essentielle à l’équilibre de la thyroïde.

Les principales sources sont le poulet, les huîtres, les abats, le fromage, les noix (surtout de pécan), le shiitake, les céréales non raffinées, les graines de courge et de citrouille… et le chocolat noir non sucré.

  • La tyrosine

Cet acide aminé contribue à la production d’hormones thyroïdiennes (mais aussi mélanine, adrénaline). Il a également une action antioxydante et antistress.

Les aliments qui en sont dotés sont l’avocat, les œufs, les viandes, les poissons, les oléagineux (noix, amande…), les champignons, les haricots verts, le persil, les épinards, le seigle.

  • Les antioxydants

Ils vous aideront à lutter contre les radicaux libres trop nombreux chez les personnes en hypothyroïdie.

Ils contribuent à diminuer les inflammations, participent à une bonne gestion du poids, soutiennent la santé digestive et l’équilibre corporel.

Consommez régulièrement des fruits et des légumes colorés et de saison tels que poivron rouge, orange, tomate, citron…

Sans oublier les baies (açaï, framboises, myrtilles, mûres). Peu caloriques, ils sont de vrais champions en matière d’antioxydants.

2. Prenez soin de vos intestins

Favorisez les aliments probiotiques (kéfir, kombucha, légumes fermentés), les bonnes graisses (acides gras oméga 3, acide laurique et caprique), les fibres.

Consommez des huiles végétales de qualité, des herbes et épices. Un must, le curcuma. Anti-inflammatoire, il protège la muqueuse intestinale et le microbiote.

Sans oublier, les plantes protectrices de la paroi intestinale comme le lapacho et le rooibos (connu aussi sous le nom de thé rouge).

3. Limitez certains aliments

Le sucre blanc, les aliments ultra transformés (plats préparés, chips, biscuits…), les fritures, les nitrates (charcuteries), le gluten, les produits laitiers de vache, l’alcool, le café… ne sont pas vos alliés pour stimuler votre thyroïde.

En effet, ils perturbent votre équilibre hormonal et votre métabolisme. Et contribuent à votre fatigue, votre prise de poids, vos troubles de l’humeur.

Que penser des aliments dits goitrogènes ? Il s’agit notamment des crucifères (chou-fleur, de Bruxelles, brocoli), du tofu, du radis, du millet, du maïs, des cacahuètes et des patates douces.

Ils sont à limiter surtout s’ils sont crus, car ils inhibent l’action et l’absorption de l’iode. Ne les bannissez pas pour autant !

Ces aliments sont riches d’excellents nutriments dont il serait dommageable de vous priver. Mangez-les sans excès et cuits. La cuisson réduit la présence des goitrogènes et leur impact sur la thyroïde.

La gomme ayurvédique qui “protège des maladies”

Cette gomme est utilisée depuis plus de 3 000 ans et compte parmi les trésors de la médecine ayurvédique. 

C’est simple : en sanskrit, son nom Guggul se traduit par “celle qui protège des maladies”.


Cette résine, qui a la texture molle d’une gomme, est obtenue en incisant le tronc du Mukul, un arbre indigène du sous-continent indien.

Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion d’en goûter. Son petit goût vanillé12, un peu piquant, est agréable.

Mais ce qu’il faut garder en tête, ce sont les pouvoirs du Guggul pour votre thyroïde !

Depuis 198213, la recherche a montré que le Guggul peut stimuler la fonction thyroïdienne en agissant directement au niveau des cellules de la thyroïde (les vésicules). Il est très probable que cette stimulation participe ainsi à la synthèse de l’hormone T314.

Cette action a été reconnue par les autorités de santé qui nous permettent de dire que :

  • le guggul est susceptible de favoriser un bon équilibre des hormones thyroïdiennes…a un effet rajeunissant sur tous les tissus ; il est bon pour la mobilité des articulations et favorise le renouvellement du cartilage articulaire ; il contribue à un bon cholestérol ; il aide à maintenir la santé de la peau ; il a un effet bénéfique sur divers problèmes des voies respiratoires ;

Bref, le guggul est un trésor de propriétés utiles pour votre santé ! 

Et d’autres trésors vous attendent…

Salvia officinalis, la plante qui “protège” la sauge officinale est un concentré de propriétés santé connues depuis des millénaires !

Les Égyptiens l’utilisaient pour lutter contre l’infertilité15

Les Romains faisaient un sacrifice à la Nature avant de la cueillir. 

Lors des grandes épidémies de peste qui ont décimé l’Europe, le “vinaigre des quatre voleurs”, inventé à Toulouse selon la légende racontée dans un vieux code de 1748, contenait une grande quantité de cette plante..

La recherche moderne a percé les mystères de cette plante en étudiant sa composition : des flavonoïdes (de puissants antioxydants), des diterpènes (picrosalvine, rosmanol, etc.), des acides phénoliques ou encore des essences connues pour leur action immunitaire16.

L’intérêt principal de la sauge officinale est son action sur l’équilibre hormonal, surtout au niveau de la thyroïde. elle contribue au confort durant la ménopause ; elle réduit toutes sortes de transpiration et de sensations de chaleur ; elle aiderait à soutenir la digestion ; contribue au fonctionnement normal de l’intestin ; etc.

Pour profiter au mieux de l’action du Guggul et de la sauge officinale, il est impératif de rajouter…le nutriment le plus efficace à ma connaissance la L-tyrosine. Cet acide aminé est un précurseur des hormones thyroïdiennes. Il va participer à la construction pour vos nouvelles hormones.

Déjà en 1966, une étude américaine avait montré que les personnes atteintes d’hypothyroïdie présentaient des taux réduits de tyrosine dans le plasma sanguin17.

Vous l’aurez compris, il est très important d’apporter suffisamment de L-tyrosine à votre organisme : comptez 1 à 2 grammes par jour pour un adulte bien portant. Vous pourrez trouver de la L-tyrosine dans les amandes, l’avocat, la banane, les grains de sésame ou encore les graines de courge.

Vitamine D : remportez la guerre de l’intérieur

La vitamine D a un autre pouvoir essentiel pour votre thyroïde.

La vitamine D joue un rôle essentiel dans le maintien des défenses immunitaires de l’organisme. Elle permet notamment de réduire les taux d’anticorps dirigés contre les cellules thyroïdiennes, responsables du développement du dysfonctionnement21.

C’est simple : l’un des dérèglements de la thyroïde les plus courants concerne les anticorps. 

Ces petits guerriers de l’intérieur sont là pour combattre les agresseurs (mauvaises bactéries, virus, etc.).

Mais parfois, c’est le coup d’état…… vos anticorps, par erreur, se mettent à combattre des cellules saines qu’ils prennent pour des agents infiltrés.

C’est toute l’importance de la vitamine D pour protéger les cellules de votre thyroïde contre ces anticorps rebelles.

Il vous reste encore 2 clés à découvrir pour soutenir votre thyroïde au quotidien.

Sélénium : ce cadeau venu du Brésil

Ce minéral indispensable au fonctionnement de l’organisme doit être apporté par notre alimentation.

Pour un homme en bonne santé, il est recommandé de consommer 70 ug de sélénium par jour22.

La source la plus riche est la noix du Brésil (5 g dans une seule noix), et en plus elle est délicieuse (je vous conseille de la torréfier un peu avant de la manger) ! 

On trouve également du sélénium dans le thon en conserve (jusqu’à 154 ug/100 g) ou dans les shiitakes séchés (49 ug/100 g), ces délicieux champignons japonais.

Comme l’iode, le sélénium est indispensable au fonctionnement de la thyroïde. Il aide à maintenir une fonction thyroïdienne normale et protéger ces cellules du stress oxydatif.

Zinc : le couteau suisse des oligo-éléments

Vous avez déjà dû lire beaucoup de choses sur le zinc pendant la crise du coronavirus…… mais saviez-vous que son action dans l’organisme était bénéfique au fonctionnement de votre thyroïde ?

Le zinc dispose de nombreux bienfaits reconnus par les autorités de santé. Il contribue à :

  • la synthèse normale de l’ADN et des protéines ; protéger les cellules contre le stress oxydatif ; au fonctionnement normal du système immunitaire ; joue un rôle dans le processus de division cellulaire ; etc.

Il est indispensable d’avoir un apport suffisant en zinc au travers de votre alimentation.

Les chercheurs estiment que les personnes âgées de 60 ans et plus ont des apports en zinc trop faibles, environ 50 % inférieurs, à ce qui est recommandé23.

Les meilleures sources sont les poissons et fruits de mer, mais pas seulement : les huîtres (22,50 mg/100 g), les germes de blé (14 mg), les miettes de crabe (11,9 mg), le jarret de bœuf (11 mg) ou encore le sésame grillé (10,2 mg).

Publié le Laisser un commentaire

Troubles de la Glycémie et du Métabolisme

Avec la Cannelle, la Gymnema Sylvestre et la Réglisse, une base solide pour créer une formule destinée à allumer l’interrupteur caché du métabolisme

Bien qu’il s’agisse de l’une des épices médicinales les plus anciennes et les plus utilisées dans bon nombre de médecines traditionnelles…

La science vient tout juste de redécouvrir et valider son efficacité.

Une étude de la prestigieuse Université Japonaise de Nihon a démontré que cette épice agissait comme un véritable boosteur d’AMPK(12)

Un récent test de laboratoire effectué par le Ministère Américain de l’Agriculture (USDA) a montré que cette épice augmentait le métabolisme du sucre sanguin dans vos cellules d’un stupéfiant 2000 % ! (13)

Arrivés à ce stade… Vous vous demandez sans doute quelle est cette épice mystérieuse qui booste l’AMPK et allume l’interrupteur métabolique ?

Il s’agit tout simplement de…

La Cannelle

La Cannelle est une véritable épice-miracle.

Les études récentes réalisées à son sujet montrent que la Cannelle :
 

  • Favorise un taux de glycémie sain (14)
     
  • Maintient un métabolisme sain du glucose (15)
     
  • Favorise la sensibilité de vos cellules à l’insuline (16)
     
  • Favorise une glycémie à jeun et un taux d’A1C sains (17, 18)
     
  • Réduit les pics de glycémie après le repas (19)
     

Et elle aide même à maintenir un taux de cholestérol sain ! (19)

Comme vous le voyez, la cannelle est un excellent allié de votre santé de votre glycémie… si vous savez comment l’utiliser et en quelle quantité ! voir aussi 8 vertus de la cannelle

La Gymnema Sylvestre

une plante grimpante originaire des régions tropicales qui agit directement sur la glycémie.

Cette plante est utilisée par l’Ayurveda depuis plus de 2000 ans pour soigner « l’urine de miel » (le nom local du diabète).

En indien, son nom signifie « destructrice du sucre ». C’est assez parlant n’est-ce pas ?

Et son efficacité est aujourd’hui validée par plusieurs études scientifiques.

Ces recherches ont démontré qu’elle permettait non seulement de stabiliser la glycémie, mais aussi « une diminution significative » du poids et de l’Indice de Masse Corporelle. (20)

la Gymnema Sylvestre agit comme un véritable activateur de l’AMPK qui allume votre interrupteur métabolique, elle aide à réguler et stabiliser votre glycémie et fait littéralement fondre vos kilos superflus,…

Mais en plus, elle aide aussi à faire diminuer vos envies de sucre.

Comment est-ce possible ?

La Gymnema bloque les récepteurs de sucre situés dans vos papilles gustatives.

Le sucre perd donc son attrait pour votre cerveau puisqu’il n’arrive plus à en distinguer le goût.

La Gymnema Sylvestre est donc un excellent atout pour contrôler vos fringales et votre appétit.

La Réglisse

La réglisse est à la fois une racine et une plante originaire de l’Europe du Sud et de l’Asie…

Elle a longtemps été appelée « or noir » pour ses nombreuses propriétés médicinales et elle est énormément utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise.

De récentes études ont montré le rôle très important qu’elle peut jouer dans le soutient de l’AMPK. (21)

Elle aide non-seulement à réguler la glycémie, mais aussi à brûler la graisse abdominale et à diminuer le tour de taille(22)

Sources et Réf. Scientifiques :
 

(1) https://www.who.int/fr/director-general/speeches/detail/obesity-and-diabetes-the-slow-motion-disaster-keynote-address-at-the-47th-meeting-of-the-national-academy-of-medicine
 

(2) Coughlan KA, et al. “AMPK activation: A therapeutic target for type 2 diabetes?” Diabetes Metab Syndr Obes; pp 241-253.
 

(3) Hardie DG, et al. “AMPK: An Energy-Sensing Pathway with Multiple Inputs and Outputs.” Trends Cell Biol. 2016; 26(3):190-201.
 

(4) Wijngaarden MA, et al. “Effects of prolonged fasting on AMPK signaling, gene expression, and mitochondrial respiratory chain content in skeletal muscle from lean and obese individuals.” Am J Physiol. 2013;304(9): E1012-E1021.
 

(5) https://www.sciencedaily.com/releases/2019/01/190115111944.htm
 

(6) Coughlan KA, et al. “AMPK activation: A therapeutic target for type 2 diabetes?” Diabetes Metab Syndr Obes. 2014;7:241-253.
 

(7) Salk scientists uncover the health effects of metabolic “magic bullet” protein. Salk News. January 14, 2019. Available here: https://www.salk.edu/news-release/salk-scientists-uncover-the-health-effects-of-metabolic-magic-bullet-protein/
 

(8) Cao J, et al. “Low concentrations of metformin suppress glucose production in hepatocytes through AMP-activated protein kinase (AMPK).” J Biol Chem.2014;289: 20435-20446.
 

(9) McCrimmon RJ, et al. “Potential role for AMP-activated protein kinase in hypoglycemia sensing in the ventromedial hypothalamus.” Diabetes. 2004;53(8):1953-1958.
 

(10) Age-related changes in AMPK activation: Role for AMPK phosphatases and inhibitory phosphorylation by upstream signaling pathways Antero Salminen, Kai Kaarniranta, Anu Kauppinen.
 

(11) http://ceed-diabete.org/fr/le-diabete/les-chiffres/#:~:text=En%202019%2C%20plus%20de%204,’entre%20elles%20l’ignorent%20!
 

(12) Cinnamon Extract Enhances Glucose Uptake in 3T3-L1 Adipocytes and C2C12 Myocytes by Inducing LKB1-AMP-Activated Protein Kinase Signaling
Yan Shen, Natsumi Honma, Katsuya Kobayashi, Liu Nan Jia, Takashi Hosono, Kazutoshi Shindo, Toyohiko Ariga, and Taiichiro Seki. Josep Bassaganya-Riera, Editor.
 

(13) USDA. “Insulin imitators: Polyphenols found in cinnamon mimic job of hormone.” https://agresearchmag.ars.usda.gov/ar/archive/2004/apr/cinnam0404.pdf. Accessed on March 25, 2019.
 

(14) Khan A, et al. “Cinnamon improves glucose and lipids of people with type 2 diabetes.” Diabetes Care. 2003;26(12):3215-3218.
 

(15) Jarvill-Taylor KJ, et al. “A hydroxychalcone derived from cinnamon functions as a mimetic for insulin in 3T3-L1 adipocytes.” J Am Coll Nutri. 2001;20(4):327-336.
 

(16) Healthline. Insulin and Insulin Resistance – The Ultimate Guide. https://www.healthline.com/nutrition/insulin-and-insulin-resistance Updated August 30, 2015 Accessed April 19, 2019.
 

(17) Allen RW, et al. “Cinnamon use in type 2 diabetes: An updated systematic review and meta-analysis.” Ann Fam Med. 2013;11(5):452-459.
 

(18) Crawford P. “Effectiveness of cinnamon for lowering hemoglobin A1C in patients with type 2 diabetes: A randomized, controlled trial.” J Am Board Fam Med. 2009;22(5):507-512.
 

(19) Hlebowitz J, et al. “Effect of cinnamon on postprandial blood glucose, gastric emptying, and satiety in healthy subjects.” Am J Clin Nutr. 2007;86(6):1552-1556.
 

(20) A systematic review of Gymnema sylvestre in obesity and diabetes management, Ramesh Pothuraju, Raj Kumar Sharma, Jayasimha Chagalamarri, Surender Jangra, Praveen Kumar Kavadi
 

(21) Licochalcone suppresses LXRα-induced hepatic lipogenic gene expression through AMPK/Sirt1 pathway activation. Y. Han, S.H. Park, J.H. Yang, M.G. Kim, S.S. Cho, G. Yoon.
 

(22) Effect of licorice on the reduction of body fat mass in healthy subjects, Journal of Endocrinological Investigation, Paolo Spinella, Decio Armanini.
 

(23) Effect of vitamin C on blood glucose, serum lipids & serum insulin in type 2 diabetes patients. Mohammad Afkhami-Ardekani 1, Ahmad Shojaoddiny-Ardekani

Publié le Laisser un commentaire

libérer votre respiration

Pour libérer votre respiration, prenez 3 plantes sous cette forme pour nettoyer vos poumons, aider votre organisme à combattre les virus et bactéries de l’air et oxygéner votre corps, la recherche scientifique reconnaît l’utilité de l’eucalyptus, le ravintsara et le pin sylvestre.
Utilisez-les ensemble et vous pourriez ressentir vos poumons se libérer, vos muscles se détendre, votre énergie se booster.
Par contre pour profiter pleinement de ces effets…75 fois plus puissante qu’un extrait de plante…il faudrait les prendre en huiles essentielles.
Les huiles essentielles sont en effet 75 fois plus puissantes que les simples extraits des mêmes plantes ![1] Selon certains chercheurs :
L’huile essentielle d’eucalyptus contient de l’eucalyptol, un monoterpène qui nettoie vos bronches et vos poumons[2] ;
L’huile essentielle de ravintsara contient de l’alpha-terpinéol et du 1,8-cinéole qui aident à renforcer l’organisme face aux virus, bactéries et moisissures pouvant être à l’origine d’infections respiratoires[3] ;
L’huile essentielle de pin sylvestre contient des terpènes qui transportent l’oxygène de l’air jusque dans vos muscles, ce qui les détend[4] ;
Comment les utiliser ? En diffusion, en application,
Vous pouvez soit :Les diffuser ; Les appliquer sur votre peau ;
Je vous les déconseille en tisanes, car la chaleur détruit la majorité des actifs des huiles essentielles, sensibles à la chaleur.[5]C’est aussi pour cela que je ne vous recommande pas la diffusion.
En plus, cette technique peut se révéler toxique pour les personnes allergiques ou sensibles des bronches…[6]
Car, en se mélangeant aux particules déjà présentes dans l’air, vos huiles essentielles créent des composés organiques volatiles, des molécules parfois irritantes et polluantes[7].
Pas génial comme solution pour soulager vos voies respiratoires !
En application locale (sur la peau), faites attention car le ravintsara, l’eucalyptus et le pin sylvestre sont puissants : ils doivent être dilués aux bonnes proportions pour éviter les irritations et les risques de toxicité.

Sources :
[1] https://thethirty.whowhatwear.com/essential-oils-guide
[2] https://www.just.ch/fr/lexique-des-plantes/eucalyptus
[3] Grieux, A. (2012). Étude de deux huiles essentielles malgaches (le Ravintsara (Cinnamomum camphora (L.) J. Presl) et le Saro (Cinnamosma fragrans Baill.).) (Doctoral dissertation).
[4] Festy, D. (2014). Les huiles essentielles à respirer. Éditions Leduc S.
[5] https://www.airandme.fr/blog/aromatherapie-huiles-essentielles/huiles-essentielles-comment-les-conserver/#:~:text=L’oxyg%C3%A8ne%20
%3A%20Lorsque%20les%20huiles,pendant%20une%20trop%20longue%20p%C3%A9riode.
[6] https://www.france-assos-sante.org/2016/09/07/huiles-essentielles-avec-prudence-sinon-parcimonie/
[7] https://www.lci.fr/sante/idee-recue-ndegree10-les-huiles-essentielles-assainissent-lair-1520259.html
Publié le Laisser un commentaire

Sablés œufs de Pâques

60 min.(7)

Ingrédients

250 g farine, 120g de sucre roux, 120 g de beurre, 1sachet de sucre vanillé, 1 œuf, 1 c.à c. Bicarbonate, 150g de sucre glace, 3 c. à s. de lait, colorant alimentaire, chocolat au lait

Préparation
Mélanger la farine avec le beurre et le sucre du bout des doigts pour former un sablage.
Ajouter la vanille, le bicarbonate de soude et l’œuf.
Former une boule puis filmer la pâte avant de la placer au frais 15 minutes.
Préchauffer le four à 180°C.
Fariner le plan de travail puis étaler la pâte avec un rouleau.
Détailler des ovales à l’aide d’un emporte-pièce ovale. Il faut deux ovales pleins et un ovale ajouré au milieu. Disposer le tout sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Enfourner les sablés 13 minutes.
Laisser les sablés refroidir sur une grille.
Mélanger le sucre glace avec le lait puis colorer le tout avec du colorant alimentaire. Il est possible de faire plusieurs couleurs à la fois. Décorer quelques sablés ovales pleins.
Superposer un sablé ovale plein avec un deuxième ajouré pour former une petite boîte en solidifiant le tout avec du glaçage. Ajouter les confiseries à l’intérieur puis refermer avec le sablé décoré.

Publié le Laisser un commentaire

Mousse au chocolat sans œuf

20 min.(318)

Préparation

  1. Faire fondre le chocolat au bain marie et laisser refroidir.
  2. Monter la crème liquide en chantilly à l’aide d’un batteur électrique, en ajoutant peu à peu le sucre et le chocolat fondu.
  3. Verser dans des verrines et placer au frais au moins 2h avant de servir.

Laissez-vous tenter !

Publié le Laisser un commentaire

Lessive de lierre

Quelques recettes économiques et écologiques Lessive de lierre

Mixer 100gr de lierre grimpant propres et sèches.

Recouvrir d 1l d’eau filtrée froide Porter à ébullition et laisser bouillir 10 min.

Retirer du feu et laisser infuser 24h.

Ajouter 2 cs de bicarbonate.

Adoucissant Verser 2 doses d’eau pour 1 dose de vinaigre blanc + si envie qq gouttes d huile essentielle à verser dans le compartiment réservé à l adoucissant.

Poudre de lave vaisselle 4 doses de cristaux de soude ou bicarbonate de soude cuit à 200 degrés dans le four. 1 dose acide citrique 1 dose sel marin

C’est tout! Sans oublier le vinaigre blanc comme liquide de rinçage.

Publié le Laisser un commentaire

Comment purifier l’eau sans matériel ?

💧 Se retrouver en forêt ou dans la nature et ne plus avoir d’eau dans sa gourde peut signifier la fin de l’aventure voir même de votre vie dans certains cas. Cependant, si vous savez purifier votre eau sans matériel, vous pourrez certainement tenir jusqu’à retrouver votre chemin ou la civilisation. Aujourd’hui, vous allez apprendre à filtrer l’eau sans matériel spécial

👍

Étape 1 : filtrer les particules de l’eau 🍂 Cas n*1 : Si vous trouvez une flaque ou une mare, l’eau sera assez souvent trouble. Mais cela l’empiète pas sur sa qualité, il va juste falloir filtrer les particules. Pour faire un filtre qui rendra votre eau trouble en eau claire, je vous invite à consulter le schéma en dessous. Il faut savoir que l’eau ne sera pas claire en un seul passage, il faudra la faire passer plusieurs fois dans votre filtre.

⏳

Cas n*2 vous trouver un cours d’eau (rivière etc…). Si l’eau est claire vous pouvez passer directement à l’étape d’après. Pour prendre l’eau, ne mettez pas le goulot de votre gourde face au courant, vous risqueriez de prendre toutes les impuretés de passage, mettez le goulot plutôt dans le sens du courant.

🧭

Étape 2 : L’ébullition 🔥 Bravo vous avez maintenant de l’eau. Mais la boîte directement pourrait vous rendre malade (diarrhée) et donc vous déshydrater encore plus gravement que vous ne l’êtes déjà. Comment tuer les microorganismes ?

🦠

Allumez un feu (sortir en nature sans briquet, allumettes ou pierre à feu est selon moi irresponsable car vous ne savez pas dans quel pétrin vous pourriez vous retrouver). Une fois celui ci allumé, mettez votre gourde ou votre contenant sur le feu (il faut qu’il soit en métal bien sûr, PAS DE PLASTIQUE) et portez à ébullition. Laissez bouillir ~3min. Laisser refroidir, et à vous une eau potable !

💧

N’oubliez pas que ces techniques filtres les particules et tuent les microorganismes, mais il se peut qu’il y ait des métaux lourds, et sans matériel, impossible de les filtrer. Sur le court terme, aucun impact sur la santé (il faut cependant que ça reste occasionnel)

🙏

Voilà, vous savez filtrer l’eau sans matériel ! Un autre post sera fait pour vous conseiller dans du matériel spécifique au traitement de l’eau.

😉