Publié le Laisser un commentaire

La broderie norvégienne.

La broderie de Hardanger, plus connue sous le nom de broderie norvégienne exige un travail très régulier et soigné. Elle à pour base des points simples employés pour la broderie sur fils tires , Tels les jours et pour la broderie à fils comptés, tel le point de croix. son aspect rappelle un peu la dentelle danoise, bien qu’il ne s’agisse pas de véritable dentelle, mais plutôt d’une technique qui emploie plusieurs méthodes, comme nous allons le voir la broderie norvégienne est surtout utilisée pour agrémenter les costumes régionaux et le linge de son pays d’origine ou bien comme bordure de finition.

Le matériel nécessaire.

Tout d’abord il faut une toile de base à trame large et régulière, dont les fils sont nets et très visibles. Ce tissu, genre étamine, peut être plus ou moins gros, mais doit impérativement présenter les caractéristiques que nous venons d’indiquer. Il faut choisir le fil à broder en fonction de la toile utilisée. Vous pouvez employer aussi des fils de différents types, plus gros pour les motifs de contours, plus fins pour les ornements sur fils tirés. La teinte classique du fil à broder est le blanc, mais nous pouvez utiliser, pour faire un contraste, toutes les teintes de l’or, du bronze et du cuir. Vous obtiendrez de même un résultat très heureux en brodant avec un fil blanc sur une toile bleue ou d’une autre couleur unie.

les points employés.

Dans la dentelle danoise, le point de base est le point de feston brodé avec des variante, alors que dans dans la broderie norvégienne, le point de base est le point de bourdon, il se brode soit en lançant des fils sur une longueur plus ou moins grande, soit en entourant le bord effilé du tissu. D’autres points sont utilisés aussi, comme le point de Rhodes, réalisé sur l’endroit de l’ouvrage. Le point d’esprit sur fils tires. Les roues et la toile d’araignée.

Réalisation

Cette broderie qui recouvre souvent de grandes surfaces de tissu, est réalisée en quatre phases successives. Tout d’abord, il faut centrer le dessin à l’aide d’un fil de bâti, afin de marquer le contour de la zone à broder (ce fil de bâti n’est pas nécessaire pour les petits motifs)Ensuite brodez les contours des motifs au point de bourdon, et évidez l’intérieur en tirant les fils. Réalisez alors les points ornementaux de la broderie sur fils tirés . Dans une dernière phase, brodez les bandes décorative puis enfin terminez l’ouvrage au point de feston. Il est conseillé d’utiliser un métier à tambour, pour réaliser les deux premières phases du travail, afin d’empêcher le point de bourdon de froncer le tissu, en revanche, pour tirez les fils de tissu et broder sur des fils tirés, il n’est pas nécessaire d’utiliser un tambour, car ce travail exige une certaine souplesse. Ainsi que vous le constatez, dans la broderie norvégienne, contrairement à ce qui se fait pour la broderie sur fils tirés, il faut d’abord broder les contours, avant de tirer les fils du tissu

Le point de bourdon droit

Le point de bourdon ressemble au point lancé, c(est un point régulier couvrant chaque fil du tissu sur une hauteur de plusieurs fils. Vous pouvez le broder sur une ligne continue (A fig.1), sur une ligne en pointilles (B Fig 1). pour le second cas, il ne faut pas oublier de garder le même nombre de fil entre les groupes et de broder le même nombre de points par groupe.

Le point de bourdon droit

Le point de bourdon en diagonale

Il s’utilise souvent pour des ouvrages en biais, chaque fois que vous terminez un point , vous devez décaler d’un fil de tissu, avant de réaliser le point suivant (1 Fig 2). Ce décalage peut se faire dans n’importe quelle direction suivant les exigences de l’ouvrage.Pour travailler en diagonale, vous pouvez aussi utiliser le point de bourdon en ligne brisée, en faisant alterner les points horizontaux et les points verticaux afin de former des groupes dont les angles correspondent (B fig2). Les lignes brisées permettent une broderie régulière sur fils tires dans un motif en diagonale.

le point de bourdon en daigonale

Le galon a œillets
Employé très fréquemment dans la broderie norvégienne, ce galon est formé d’une succession de motifs identiques, brodes au point de bourdon. Après avoir réalisé les motifs composés de groupes de fils réguliers, coupez les fils de tissu au milieu de chaque motif pour obtenir un vide (Fig 3A). Vous pouvez aussi broder, un deuxième tour au point de bourdon très fin et serre, après avoir écarté les fils du centre à l’aide d’un poinçon (Fig3B). Dans ce cas il est inutile de couper les fils du tissu.

le galon a œillets

Le petit carré brode au point tissé

Faites un carré avec un contour brode au point de bourdon chaque coté comprends deux groupes de fils. Lorsque le point de bourdon est terminé, coupez les fils de tissu en laissant au centre quatre fils horizontaux et quatre verticaux (Fig 4A). Ensuite brodez les fils restés au centre, deux par deux, au point tissé de façon à former une croix (Fig 4B).

le petit carre brodé au point tissé

La bordure double

Elle s’utilise habituellement pour finir les bords de l’ouvrage. Commencez par tirez quelques fils de tissu dans le sens horizontal, puis réunissez les fils verticaux par petits groupes en piquant l’aiguille obliquement sous le fil horizontal du bord du tissu. Répétez alternativement ce mouvement d’un coté et de l’autre des fils tires. Piquez de bas en haut (Fig 5A) est la manière la plus rapide pour broder ce point. Vous pouvez réaliser le même style de motif sans prendre le fil de tissu au bord des fils tires.

la bordure double Fig 5A

Faites alterner la position des fils sur les deux rangs, pour former un point en épi à l’intérieur des fils tires (Fig 5B).

bordure double Fig B

La double bordure en biais

Elle est utilisé lorsque les motifs de la broderie ne suivent pas le droit fil du tissu. Faites une serie de points de piqure en diagonale sur l’endroit, en prenant un nombre égal de fis de tissu dans chaque sens (vertical et horizontal). le premier rang se travaille de haut en bas, le second de bas en haut (Fig 6), au cours de cette deuxième phase les fils du centre se superposent pour former un point de piqure triple apparent. Pour obtenir un motif légèrement ajouré, tirez un peu sur le fil.

bordure double en biais

La finition au point de feston

L’ourlet d’un ouvrage s’agrémente souvent d’une broderie sur fils tirés ou d’un point de Rhodes? Mais si vous voulez une finition plus originale, faites un point de feston en suivant le dessin du motif à quelques fils du bord. Cette bordure en feston terminée se découpe au ras des points. Afin de conserver la caractéristique de la broderie norvégienne, (motifs carrés ou rectangulaires) les festons doivent toujours être échelonnés et former des angles droits (Fig 7) ou des angles aigus, suivant les nécessites mais en aucun cas des arceaux. Cet aspect rectiligne est une des différences importantes entre la broderie norvégienne et la broderie danoise.

finition au point de feston

Le losange

Ce losange a des bords en espaliers , pour l’obtenir il est nécessaire de bien compter les fils de tissu et le nombre de points sur chaque groupe du contour. Le point de bourdon doit être brodé serré et former des groupes très homogènes, de façon à pouvoir couper et tirer les fils sans difficulté. Sur notre exemple, les groupes brodes sont composés soit de 5 soit de 3 points. Au centre sont conserves 4 fils de tissu (Fig 8A). Ensuite, entourez les fils de tissu au point de bourdon et faites en centre une petite étoile au point d’esprit (Fig 8B).

le losange


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *